Bibliographie

Cette bibliographie est en cours d’élaboration et est amenée à être complétée.

Éléments de bibliographie sur la porte au XVIIIe siècle

  • Sur l’agencement des intérieurs au XVIIIe siècle, l’art de la distribution des pièces, des boudoirs, cabinets, nouveaux lieux de l’intime, dont les portes peuvent être verrouillées, forcées, ou laissées entrouvertes en littérature, voir notamment :
    • Michel Delon, “L’espace de la séduction”, Littérature et séduction. Mélanges en l’honneur de Laurent Versini , éd. Roger Marchal et François Moureau, Paris, Klincksieck, 1977, p. 377-386. L’article étudie entre autres les liens entre les changements de la distribution en architecture et les décors du roman libertin : le cabinet par exemple tantôt intégré dans une enfilade de pièces, un itinéraire intérieur, tantôt présent comme un double-fond. Voir également du même : « Le roman érotique et son illustration au XVIIIe siècle. De part et d’autre de la cloison », Fragonard amoureux, galant et libertin, dir. Guillaume Faroult, Paris, RMN, 2015, p. 49-55.
    • Henri Lafon, Espaces romanesques du XVIIIe siècle, 1670-1820, Paris, PUF, 1997 Dans la section sur les trajectoires du désir (p.34-38), il est question de portes et de serrures, la porte étant un signe de contiguïté et un enjeu de conquête. Cette idée apparaissait déjà dans Les décors et les choses cité ci-dessous, où la porte est à la fois évoquée au sujet de la conquête amoureuse (dans des jeux de cache-cache ou des intrusions brutales p.262-263) et de conquête sociale (p.307).
    • Fabrice Moulin, Embellir, bâtir, demeurer : l’architecture dans la littérature des Lumières, Paris, Classiques Garnier, 2017 . Dans le chapitre “Architectures du désir”, la partie “Satisfaire le désir : les issues du roman” porte sur les portes secrètes et escaliers dérobés, comme potentialités romanesques du changement dans la disposition des pièces. Il est également question des portes secrètes comme outil de domination du système libertin dans le chapitre “Du désir à la contrainte : des architectures sous surveillance”. Signalons également le passage consacré à la disposition harmonieuse des pièces à Clarens, opérée par la modification des emplacements des portes, p.317.
    • Ian Watt, The Rise of the Novel : Studies in Defoe, Richardson and Fielding, Berkeley, University of California Press, 1957, p.187-191. Dans le chapitre consacré à Pamela, ou la Vertu récompensée, Ian Watt souligne le rôle de la disposition des maisons du dans l’intrigue et notamment la présence du cabinet, et de sa porte que l’on ferme à clé.
  • Pour une approche historique, architecturale et décorative de ces changements d’agencement, voir notamment : 
    • Youri Carbonnier, Maisons parisiennes des Lumières, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, coll. « Roland Mousnier », 2006.
    • Vincent Droguet, « Le couloir central dans la distribution : son apparition et son
      développement au XVIIIe siècle », Bulletin Monumental, tome 160, n°4, 2002. p. 379-389.
    • Monique Eleb-Vidal, avec Anne Debard-Blanchard, Architectures de la vie privée : maisons et mentalités, XVIIe-XVIIIe siècles, Bruxelles, Archives d’Architecture moderne, 1989.
    •  Alexia Lebeurre, « Le succès du boudoir au XVIIIe siècle ou les prestiges de l’intime », Corrélations : les objets du décor au siècle des Lumières, dir. Anne Perrin-Khelissa, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2015, p. 221-234.
    • Katie Scott, The Rococo Interior. Decoration and Social Spaces in Early Eighteenth-Century, Paris, New Haven & London, Yale University Press, 1995, en particulier le chapitre IV “The languages of Estates and the Logic of Decoration”.
    • Anthony Vidler, L’Espace des Lumières. Architecture et philosophie de Ledoux à Fourier, Paris, Picard, coll. « Villes et sociétés », 1995.
  • Sur la porte et sa fonction de surprise, de symbole et de mystère, voir notamment :
    • Henri Lafon, Les Décors et les choses dans le roman français du XVIIIe siècle de Prévost à Sade, Oxford, Voltaire Foundation, 1992. Selon Henri Lafon, “la fonction traditionnelle” des portes est “d’être mal fermées” (p.27) : elles permettent l’évasion (p.23), l’espionnage (p.79), l’effraction (p.95-96)… La fonction de surprise est aussi dans la découverte de l’espace ; notamment dans les lieux où la façade contraste fortement avec l’intérieur (p.40, “le motif de l’entrée”).
    • Claude Reichler, “Portes du gynécée”, Versants, “Littérature et secret”, n° 2, hiver 1981-1982, p. 87-103 (en ligne : https://serval.unil.ch/resource/serval:BIB_34871.P001/REF).
  • Sur la porte comme clôture : étonnamment, la mise en scène de l’enfermement ne fait pas si souvent figurer de porte. Si l’on s’appuie par exemple sur le site de la SATOR, aucun des mille et quelques topoï référencés ne contient le mot “porte”, et dans la dizaine d’entrées sur “enfermer” ou “emprisonner”, la plupart des extraits n’explicitent pas la présence d’une porte.
  • Sur la porte comme effet d’encadrement ou d’obstacle : Christophe Martin, dans son étude sur les Espaces du féminin dans le roman français du XVIIIe siècle (Oxford, Voltaire Foundation, 2004), souligne la fonction de la grille comme moyen d’exposition du corps féminin, “renforçant tout au plus l’idée d’interdit et exacerbant du même coup le désir” (p. 40). Quand la porte est associée à un obstacle (à franchir pour accéder à la satisfaction du plaisir dans Thermidore, ou au contraire, à respecter comme barrière salutaire pour résister au désir dans Les Illustres Françaises), elle demeure un « signe que l’interdit continue de peser dans la littérature libertine » (p. 42).

  • Sur les portes dans la ville, architecture et usages symboliques :
    • Christine Lamarre, “Les portes de villes à la fin du XVIIIe siècle, crise de l’architecture et crise du symbole”, Entrer en ville [en ligne], Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006 . Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/pur/7880>
    • Sophie Lefay, L’Éloquence des pierres : Usages littéraires de l’inscription au XVIIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2015. Notamment dans les chapitres “Accomplir” et “Eterniser”, il est à plusieurs question des portes comme support : au sujet de la pratique de l’épigraphe commémorative sur les portes de la ville, des enseignes des marchands, des épigraphes d’avertissement à l’entrée d’espaces allégoriques…

  • Sur la présence des portes dans les illustrations :
    • Christophe Martin, « Dangereux suppléments ». L’Illustration du roman en France au dix-huitième siècle, Louvain, Peeters, 2005, en particulier le chapitre VI “Effraction”, dont le principe repose souvent sur des “particularités du décor” (p. 105-116).
    • Philip Stewart, Engraven Desire. Eros, Image & Text in the French Eighteenth Century, Durham et Londres, Duke University Press, 1992.
    • Benoît Tane, Avec figures…” : Roman et illustration au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2014, notamment p.86-87.

 

Vers d’autres seuils…

  • Le thème de la porte au-delà de la littérature française du XVIIIe siècle

Le thème de la porte a déjà fait l’objet de plusieurs manifestations scientifiques au sein des études littéraires. Mais elle apparaît soit comme élément architectural uniquement, sans qu’il soit question d’une éventuelle transposition fictionnelle, soit dans un sens symbolique très large de seuil. L’articulation des enjeux architecturaux (distribution des intérieurs), sociétaux (distinction entre espace privé et espace public) et littéraires (l’essor du genre romanesque et l’importance des espaces de l’intime dans sa construction) est en effet très spécifique au XVIIIe siècle. C’est ce que nous avons voulu mettre en avant en structurant cette journée autour des liens entre l’architecture et la littérature.

Nous éveillons cependant l’attention sur ce colloque de littérature espagnole :

Parmi les autres publications et manifestations sur les portes, quoi que plus éloignées de notre sujet, nous pouvons signaler : 

  • D’une ouverture l’autre : la fenêtre
    • Andrea del Lungo, La Fenêtre. Sémiologie et histoire de la représentation littéraire, Paris, Le Seuil, 2014
    • Jean Starobinski, « Fenêtres (De Rousseau à Baudelaire) », L’Idée de la ville, sous la
      direction de François Guéry, Seyssel, Champ Vallon, 1984, p. 179-187.

Éléments de bibliographie générale

  • Sur les portes, leur histoire, leurs symboles : 
    • Georges Banu, La Porte au cœur de l’intime, Paris, Arléa, 2015, p. 71 en particulier.
    • Pascal Dibie, Ethnologie de la porte : des passages et des seuils, Paris, Métailié, 2012.
    • Georges Dumézil, « Portes et fonctions » [1985], Esquisses de mythologie, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2003, p. 563-570.
    • Georg Simmel, « Pont et porte » (traduit de l’allemand par Sabine Cornille et Philippe Ivernel), La Tragédie de la culture, Paris, Rivages, 1988.
  • Sur les liens entre littérature, architecture et espace :  
    • Bachelard, La Poétique de l’espace, Paris, Presses universitaires de France, 1957. L’objet porte est évoqué p. 200-201.
    • Philippe Hamon, Expositions : littérature et architecture au XIXe siècle, Paris, José Corti, 1989. Il est dans cette vaste étude question des portes dans la typologie établie des objets architecturaux en littérature.
    • G. Simmel, « Pont et porte », trad. de S. Cornille et P. Ivernel,  La Tragédie de la culture, Paris, Rivages, 1988, p. 159-166. Simmel montre ici que, contrairement au pont qui est un lieu qui relie deux rives jusqu’alors étrangères l’une à l’autre, la porte constitue une frontière, qui permet l’interaction entre le dehors et le dedans. Cette clôture, qui construit l’intimité en amputant l’être d’une part de sa dimension naturelle, lui offre en même temps les conditions de sa liberté par la possibilité de dépasser cette limite. Simmel souligne ainsi l’idée que la séparation est une étape consubstantielle à tout geste de liaison.

    • Le séminaire “Espaces – Ecritures – Architectures” de l’Université de Paris-Nanterre et ses publications.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.