La porte et la mécanique narrative dans la fiction littéraire et visuelle

Cette page accueille les enregistrements et les documents relatifs aux communications de l’après-midi du 23 janvier.

Louis Binet, Illustration du Paysan perverti, Rétif de la Bretonne, 1766, lettre XII (voir ici)

Après-midi : La porte et la mécanique narrative dans la fiction littéraire et visuelle

Présidence : Fabrice Moulin

Brigitte Friant-Kessler : « Entrer par la porte dans la satire graphique britannique (William Hogarth et James Gillray) »

Morgane Muscat : « Le pas de la porte : un lieu de sociabilité oublié »

Présidence : Manon Courbin

Emilien Rouvier : « Deux amants dans le placard »

Michel Bernard : « Les Liaisons dangereuses ou le gond bien huilé »

Clôture – Refermer la porte
Floriane Daguisé, Fragonard entre deux battants


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.