Introduction – Christophe Martin

Christophe Martin est professeur de Littérature française du XVIIIe siècle au sein de Sorbonne Université. Son ouvrage consacré aux Espaces du féminin dans le roman français du dix-huitième siècle(2004) a constitué l’un des seuils de la réflexion pour cette journée.

Enregistrement de l’introduction lors de la journée d’étude en visioconférence :

Vous trouverez ci-dessous les extraits lus dans le cadre de l’introduction à la journée d’étude.

  • « Étant arrivé à la porte du cabinet, elle s’y arrêta quelque temps, songeant à la défense que son mari lui avait fait, et considérant qu’il pourrait lui arriver malheur d’avoir été désobéissant ; mais la tentation était si forte qu’elle ne put la surmonter : elle pris donc la petite clef, et ouvrit en tremblant la porte du cabinet. D’abord elle ne vit rien, parce que les fenêtres était fermées ; après quelques moments elle commença à voir que le plancher était tout couvert de sang caillé, et que dans ce sang se mirait les corps de plusieurs femme mortes et attachés le long des murs (c’était toutes les femmes que la Barbe bleue avait épousé et qu’il avait égorgée l’une après l’autre). Elle pensa mourir de peur, et la clef du cabinet qu’elle venait de retirer de la serrure lui tomba de la main. Après avoir un peu repris ses esprits, elle ramassa la clef, referma la porte, et monta à sa chambre pour se remettre un peu; mais elle n’en pouvait venir à bout, tant elle était émue »
    Perrault, La Barbe bleue, Contes, éd. Jean-Pierre Collinet, Paris, Gallimard, Folio, 1981, p. 151.

 

  • « Dans l’impatience que j’avais d’arriver au château, je ne perdis point de temps, et je pressai si bien le pas qu’en moins d’une demi-journée je m’y rendis, et je puis dire que je le trouvai encore plus beau qu’on ne me l’avait dépeint. La porte était ouverte ; j’entrai dans une cour carrée, et si vaste qu’il y avait autour quatre-vingt-dix-neuf portes de bois de sandal et d’aloès, et une d’or, sans compter celles de plusieurs escaliers magnifiques qui conduisaient aux appartements d’en haut, et d’autres encore que je ne voyais pas. Les cent que je dis donnaient entrée dans des jardins ou des magasins remplis de richesses, ou enfin dans des lieux qui renfermaient des choses surprenantes à voir.
    Je vis en face une porte ouverte, par où j’entrai dans un grand salon où étaient assises quarante jeunes dames d’une beauté si parfaite que l’imagination même ne saurait aller au delà. »
    […]
    « Avant que de partir, nous vous laisserons les clefs de toutes choses, particulièrement celles des cent portes, où vous trouverez de quoi contenter votre curiosité et adoucir votre solitude pendant notre absence ; mais pour votre bien et pour notre intérêt particulier, nous vous recommandons de vous abstenir d’ouvrir la porte d’or. Si vous l’ouvrez, nous ne vous reverrons jamais, et la crainte que nous en avons augmente notre douleur. Nous espérons que vous profiterez de l’avis que nous vous donnons. Il y va de votre repos et du bonheur de votre vie ; prenez-y garde, si vous cédiez à votre indiscrète curiosité, vous vous feriez un tort considérable. Nous vous conjurons donc de ne pas commettre cette faute et de nous donner la consolation de vous retrouver ici dans quarante jours. Nous emporterions bien la clef de la porte d’or avec nous ; mais ce serait faire une offense à un prince tel que vous, que de douter de sa discrétion et de sa retenue. »
    Galland, Histoire du troisième Calender, Les Mille et une Nuits, éd. Jean-Paul Sermain et Aboubakr Chraïbi, Paris, GF Flammarion, 2004, t. 1, p. 191 et 195.

 

  • « Tu es le gardien fidèle des plus belles femmes de Perse : je t’ai confié ce que j’avais dans le monde de plus cher : tu tiens en tes mains les clefs de ces portes fatales, qui ne s’ouvrent que pour moi. Tandis que tu veilles sur ce dépôt précieux de mon cœur, il se repose et jouit d’une sécurité entière. »
    Montesquieu, Lettres persanes (lettre II), éd. Jean Starobinski, Paris, Gallimard, Folio, p. 52.

 

  • « La clef était restée à la porte. J’entrai dans l’espérance de trouver quelque vestige de ce qui m’avait alarmé. […] En portant un œil  curieux dans toutes les parties de la chambre, j’aperçus une petite porte qui donnait sur un escalier dérobé […]. Je ne pourrais donner qu’une faible idée de l’ardeur avec laquelle j’examinai tous les passages, pour m’assurer où l’escalier pouvait conduire. »
    Prévost, Histoire d’une grecque moderne, éd. Alan J. Singerman, Paris, GF Flammarion, p. 254.

 

  • « Je crus que le moment heureux était arrivé, et que les cent portes s’ouvraient pour laisser un libre passage au Soleil de mes jours […]
    Mais quel horrible spectacle s’offrit à mes yeux! Jamais son souvenir affreux ne s’effacera de ma mémoire.
    […] Arrachée de la demeure sacrée, traînée ignominieusement hors du temple, j’ai vu pour la première fois le seuil de la porte céleste que je ne devais passer qu’avec les ornements de la royauté, au lieu des fleurs que l’on aurait semées sur mes pas, j’ai vu les chemins couverts de sang et de mourants […].
    Madame de Graffigny, Lettres d’une Péruvienne (lettre I), éd. Jonathan Mallinson, Oxford, Voltaire Foundation, coll. Vif, 2002, p. 110.

 

  • « Je me servis [de la clef d’or que M.Déterville m’avait remise] pour ouvrir précipitamment une porte que l’on me montra ; et je restai immobile à la vue des magnificences qu’elle renfermait.
    C’était un cabinet tout brillant de glaces et de peintures […].
    On y voyait nos Vierges représentées en mille endroits avec le même habillement que je portais en arrivant en France »
    Madame de Graffigny, Lettres d’une Péruvienne (lettre XXXV), éd. Jonathan Mallinson, Oxford, Voltaire Foundation, coll. Vif, 2002, p. 209.

 

  • « J’arrive plein d’une émotion qui s’accroît en entrant dans cet asile. Julie ! me voici dans ton cabinet, me voici dans le sanctuaire de tout ce que mon cœur adore. Le flambeau de l’amour guidait mes pas, et j’ai passé sans être aperçu.
    […] c’est elle ! c’est elle ! je l’entrevois, je l’ai vue, j’entends refermer la porte. Mon cœur, mon faible cœur, tu succombes à tant d’agitations
    Rousseau, Julie ou La Nouvelle Héloïse, I, lettre 54, éd. H. Coulet, Paris, Gallimard, Folio, t. 1, p. 197.

 

  • « Ce lieu, quoique tout proche de la maison, est tellement caché par l’allée couverte qui l’en sépare, qu’on ne l’aperçoit de nulle part. L’épais feuillage qui l’environne ne permet point à l’oeil d’y pénétrer & il est toujours soigneusement fermé à la clef. A peine fus-je au dedans, que, la porte étant masquée par des aunes, & des coudriers qui ne laissent que deux étroits passages sur les côtés, je ne vis plus en me retournant par où j’étois entré & n’apercevant point de porte, je me trouvai là comme tombé des nues. »
    Rousseau, Julie ou La Nouvelle Héloïse, IV, lettre 11, éd. H. Coulet, Paris, Gallimard, Folio, t. 2, p. 87.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.