À propos

Ce carnet de recherche est associé à la journée d’étude « Sur le pas des portes. Images et fonctions de la porte au XVIIIe siècle » qui se tient en distanciel le 23 janvier 2021. Le site permet de réunir le programme de la journée, le lien vers la journée d’étude, les supports utilisés par les intervenants (peintures, gravures, extraits d’œuvres littéraires…), de la documentation critique, littéraire et visuelle autour des portes au XVIII siècle. Ce carnet s’adresse ainsi à la fois aux intervenants et au public de la journée, afin de préparer et de prolonger les échanges et la réflexion.

Cette journée d’étude est consacrée aux images et fonctions de la porte au XVIIIe siècle, aux manifestations littéraires et artistiques de cette réalité architecturale : des chercheurs et chercheuses en architecture, en histoire et en littérature confrontent leur approche de cette réalité dont s’empare la fiction. Loin d’être seulement un encadrement symbolique, la porte s’inscrit au cœur de l’économie fictionnelle : à la fois frontière et interface, seuil où se noue la tension dramatique, écran qui accueille le fantasme, la porte, qu’elle soit béante, entr’ouverte ou fermée intervient dans le rythme de l’action, l’accélérant subitement quand elle s’ouvre sur un événement imprévu, ou le suspendant pour un instant d’introspection ou de contemplation. De l’entrée dans la ville aux seuils des immeubles, la littérature du XVIIIe siècle ouvre une succession de portes, de portails ou de grilles. Elles servent à opposer l’intérieur domestique à l’extérieur de la rue, ou à matérialiser l’entrée dans l’espace privé en fractionnant les lieux de l’intime pour y ménager des recoins toujours plus secrets. La disposition des pièces, la fragmentation de l’intérieur, la contiguïté des salons et des boudoirs, particulièrement sensibles dans les espaces de l’amour et de la séduction, redessinent les relations aux lieux et aux autres. Passage, cloison ou décor, la porte constitue une ouverture, une fermeture ou un ornement à interroger. Portes d’hôtels, de cabinets et même de carrosses, portes cochères et portails, portes de derrière et portes de service, portes dérobées et portes condamnées, portes grillagées et portes vitrées, que l’on calfeutre, verrouille, claque, enfonce, par lesquelles on écoute, on regarde, on s’enfuit, auxquelles on frappe, on toque et on sonne : la journée d’étude s’intéresse à ce motif omniprésent et protéiforme pour mieux en dessiner les contours.