La porte et la mécanique narrative dans la fiction littéraire et visuelle

Cette page accueille les enregistrements et les documents relatifs aux communications de l’après-midi du 23 janvier.

Louis Binet, Illustration du Paysan perverti, Rétif de la Bretonne, 1766, lettre XII (voir ici)

Après-midi : La porte et la mécanique narrative dans la fiction littéraire et visuelle

Présidence : Fabrice Moulin

Brigitte Friant-Kessler : « Entrer par la porte dans la satire graphique britannique (William Hogarth et James Gillray) »

Morgane Muscat : « Le pas de la porte : un lieu de sociabilité oublié »

Présidence : Manon Courbin

Emilien Rouvier : « Deux amants dans le placard »

Michel Bernard : « Les Liaisons dangereuses ou le gond bien huilé »

Clôture – Refermer la porte
Floriane Daguisé, Fragonard entre deux battants

La porte, élément d’architecture réelle et rêvée

Cette page accueille les enregistrements et les documents relatifs aux communications de la matinée du 23 janvier.

Claude-Nicolas Ledoux, Plan de l’élévation de la façade de l’hôtel d’Hallwyll, 1766.

Introduction générale de la journée : Christophe Martin

 

Matinée : La porte, élément d’architecture réelle et rêvée

Présidence : Christian Hottin

Fabrice Moulin : « Effrayer la pensée et préparer l’avenir : les enjeux esthétiques et philosophiques de la porte de la Saline de Chaux dans L’Architecture de Claude-Nicolas Ledoux »

Antoinette Nort : « De porte en porte : du frontispice du traité aux propylées de Paris dans l’œuvre de Claude-Nicolas Ledoux »

Melanie Slaviero : « La porte du cabinet de physique au château de Cirey, sceau d’un imaginaire voltairien de la science et seuil d’un espace scientifique et mondain nouveau au XVIIIe siècle »

Clôture de la matinée – Être à la porte de la Sorbonne
Christian Hottin, présentation de la porte de la galerie Gerson

Introduction – Christophe Martin

Christophe Martin est professeur de Littérature française du XVIIIe siècle au sein de Sorbonne Université. Son ouvrage consacré aux Espaces du féminin dans le roman français du dix-huitième siècle(2004) a constitué l’un des seuils de la réflexion pour cette journée.

Enregistrement de l’introduction lors de la journée d’étude en visioconférence :

Vous trouverez ci-dessous les extraits lus dans le cadre de l’introduction à la journée d’étude.

  • « Étant arrivé à la porte du cabinet, elle s’y arrêta quelque temps, songeant à la défense que son mari lui avait fait, et considérant qu’il pourrait lui arriver malheur d’avoir été désobéissant ; mais la tentation était si forte qu’elle ne put la surmonter : elle pris donc la petite clef, et ouvrit en tremblant la porte du cabinet. D’abord elle ne vit rien, parce que les fenêtres était fermées ; après quelques moments elle commença à voir que le plancher était tout couvert de sang caillé, et que dans ce sang se mirait les corps de plusieurs femme mortes et attachés le long des murs (c’était toutes les femmes que la Barbe bleue avait épousé et qu’il avait égorgée l’une après l’autre). Elle pensa mourir de peur, et la clef du cabinet qu’elle venait de retirer de la serrure lui tomba de la main. Après avoir un peu repris ses esprits, elle ramassa la clef, referma la porte, et monta à sa chambre pour se remettre un peu; mais elle n’en pouvait venir à bout, tant elle était émue »
    Perrault, La Barbe bleue, Contes, éd. Jean-Pierre Collinet, Paris, Gallimard, Folio, 1981, p. 151.

 

  • « Dans l’impatience que j’avais d’arriver au château, je ne perdis point de temps, et je pressai si bien le pas qu’en moins d’une demi-journée je m’y rendis, et je puis dire que je le trouvai encore plus beau qu’on ne me l’avait dépeint. La porte était ouverte ; j’entrai dans une cour carrée, et si vaste qu’il y avait autour quatre-vingt-dix-neuf portes de bois de sandal et d’aloès, et une d’or, sans compter celles de plusieurs escaliers magnifiques qui conduisaient aux appartements d’en haut, et d’autres encore que je ne voyais pas. Les cent que je dis donnaient entrée dans des jardins ou des magasins remplis de richesses, ou enfin dans des lieux qui renfermaient des choses surprenantes à voir.
    Je vis en face une porte ouverte, par où j’entrai dans un grand salon où étaient assises quarante jeunes dames d’une beauté si parfaite que l’imagination même ne saurait aller au delà. »
    […]
    « Avant que de partir, nous vous laisserons les clefs de toutes choses, particulièrement celles des cent portes, où vous trouverez de quoi contenter votre curiosité et adoucir votre solitude pendant notre absence ; mais pour votre bien et pour notre intérêt particulier, nous vous recommandons de vous abstenir d’ouvrir la porte d’or. Si vous l’ouvrez, nous ne vous reverrons jamais, et la crainte que nous en avons augmente notre douleur. Nous espérons que vous profiterez de l’avis que nous vous donnons. Il y va de votre repos et du bonheur de votre vie ; prenez-y garde, si vous cédiez à votre indiscrète curiosité, vous vous feriez un tort considérable. Nous vous conjurons donc de ne pas commettre cette faute et de nous donner la consolation de vous retrouver ici dans quarante jours. Nous emporterions bien la clef de la porte d’or avec nous ; mais ce serait faire une offense à un prince tel que vous, que de douter de sa discrétion et de sa retenue. »
    Galland, Histoire du troisième Calender, Les Mille et une Nuits, éd. Jean-Paul Sermain et Aboubakr Chraïbi, Paris, GF Flammarion, 2004, t. 1, p. 191 et 195.

 

  • « Tu es le gardien fidèle des plus belles femmes de Perse : je t’ai confié ce que j’avais dans le monde de plus cher : tu tiens en tes mains les clefs de ces portes fatales, qui ne s’ouvrent que pour moi. Tandis que tu veilles sur ce dépôt précieux de mon cœur, il se repose et jouit d’une sécurité entière. »
    Montesquieu, Lettres persanes (lettre II), éd. Jean Starobinski, Paris, Gallimard, Folio, p. 52.

 

  • « La clef était restée à la porte. J’entrai dans l’espérance de trouver quelque vestige de ce qui m’avait alarmé. […] En portant un œil  curieux dans toutes les parties de la chambre, j’aperçus une petite porte qui donnait sur un escalier dérobé […]. Je ne pourrais donner qu’une faible idée de l’ardeur avec laquelle j’examinai tous les passages, pour m’assurer où l’escalier pouvait conduire. »
    Prévost, Histoire d’une grecque moderne, éd. Alan J. Singerman, Paris, GF Flammarion, p. 254.

 

  • « Je crus que le moment heureux était arrivé, et que les cent portes s’ouvraient pour laisser un libre passage au Soleil de mes jours […]
    Mais quel horrible spectacle s’offrit à mes yeux! Jamais son souvenir affreux ne s’effacera de ma mémoire.
    […] Arrachée de la demeure sacrée, traînée ignominieusement hors du temple, j’ai vu pour la première fois le seuil de la porte céleste que je ne devais passer qu’avec les ornements de la royauté, au lieu des fleurs que l’on aurait semées sur mes pas, j’ai vu les chemins couverts de sang et de mourants […].
    Madame de Graffigny, Lettres d’une Péruvienne (lettre I), éd. Jonathan Mallinson, Oxford, Voltaire Foundation, coll. Vif, 2002, p. 110.

 

  • « Je me servis [de la clef d’or que M.Déterville m’avait remise] pour ouvrir précipitamment une porte que l’on me montra ; et je restai immobile à la vue des magnificences qu’elle renfermait.
    C’était un cabinet tout brillant de glaces et de peintures […].
    On y voyait nos Vierges représentées en mille endroits avec le même habillement que je portais en arrivant en France »
    Madame de Graffigny, Lettres d’une Péruvienne (lettre XXXV), éd. Jonathan Mallinson, Oxford, Voltaire Foundation, coll. Vif, 2002, p. 209.

 

  • « J’arrive plein d’une émotion qui s’accroît en entrant dans cet asile. Julie ! me voici dans ton cabinet, me voici dans le sanctuaire de tout ce que mon cœur adore. Le flambeau de l’amour guidait mes pas, et j’ai passé sans être aperçu.
    […] c’est elle ! c’est elle ! je l’entrevois, je l’ai vue, j’entends refermer la porte. Mon cœur, mon faible cœur, tu succombes à tant d’agitations
    Rousseau, Julie ou La Nouvelle Héloïse, I, lettre 54, éd. H. Coulet, Paris, Gallimard, Folio, t. 1, p. 197.

 

  • « Ce lieu, quoique tout proche de la maison, est tellement caché par l’allée couverte qui l’en sépare, qu’on ne l’aperçoit de nulle part. L’épais feuillage qui l’environne ne permet point à l’oeil d’y pénétrer & il est toujours soigneusement fermé à la clef. A peine fus-je au dedans, que, la porte étant masquée par des aunes, & des coudriers qui ne laissent que deux étroits passages sur les côtés, je ne vis plus en me retournant par où j’étois entré & n’apercevant point de porte, je me trouvai là comme tombé des nues. »
    Rousseau, Julie ou La Nouvelle Héloïse, IV, lettre 11, éd. H. Coulet, Paris, Gallimard, Folio, t. 2, p. 87.

Corpus

Quelques extraits d’œuvres du XVIIIe siècle où la porte est le cœur battant d’un épisode…

  • Robert Challe, Les Illustres Françaises [1713], éd.  J. Cormier et F. Deloffre, Paris, Le Livre de Poche, coll. « Bibliothèque classique », 1996.
    • « Histoire de Monsieur Des Prez et de Mademoiselle de l’Epine »
      • « en la conduisant, nous trouvâmes face à face Monsieur Des Prez. Il était sorti de son cabinet par une fausse porte qui donnait sur un escalier dérobé, et il y rentrait par la cour. » (p. 295)
      • « J’approchai de la porte de ce cabinet, d’où j’entendis tout. Il lui parla fort honnêtement d’abord, et après cela comme un homme qui veut être obéi. » (p. 295)
      •  « Je ne craignis plus que mon laquais [engagé par père pour le surveiller], mais pour le / mettre hors d’œuvre, je fis louer une autre chambre dans maison d’à côté qui appartenait au même propriétaire ; et de son consentement, je fis faire une porte de communication d’une chambre à l’autre, de sorte que ma femme n’entrait point par la même porte que moi : ainsi mon laquais qui montait avec moi chez cet homme, et qui restait toujours en haut pendant que j’y étais, n’avait garde de la voir ni entrer ni sortir. » (p. 324-325)
      • « Je fis entrer Madame Des Prez dans l’autre chambre, je l’enfermai à la clef, je laissai tomber la tapisserie, et mis des sièges devant la porte qu’on ne pouvait pas voir, parce qu’elle tait bien plus élevée que le plancher où nous étions : après quoi j’allai au-devant de Mademoiselle de l’Epine. » (p. 335)
    • « Histoire de Des Frans et de Silvie »
      • « Il y avait un jardin dont la porte dérobée donnait sur une ruelle où répondait celui de ma mère ; ainsi d’une porte j’entrais dans l’autre. Cela m’était commode, pouvant entrer à toute heure de nuit sans être obligé de frapper. Je n’avais qu’à en prendre une clef, comme je fis. » (p. 470)

 

  • Gatien de Courtilz de Sandras , Mémoires de M. le marquis de Montbrun [1701], éd. E. Leborgne, Paris, Desjonquères, 2004.
    • [Le duc de Bellegarde, à la cour d’Angleterre, manque de se faire surprendre par un amant jaloux] « L’histoire porte, que lorsqu’il était avec elle, son amant qui était averti de leur rendez-vous survint lorsqu’ils y pensaient le moins, tellement qu’il n’eut que le temps de se jeter dans un cabinet dont elle ferma sur lui la porte à double tour. L’amant qui le croyait trouver dans la chambre, ne l’y voyant point, se douta bien qu’il ne pouvait pas être entré autre part, ainsi il se mit en devoir d’enfoncer la porte, et n’eût pas manqué par là de l’y trouver, si ce duc n’eût pris le parti de se jeter dans un jardin, qui régnait sous les fenêtres du cabinet. » (p. 75-76)
    • [Le père du narrateur courtise la chanoinesse d’Épinal, appréciée également du narrateur ; pour parvenir à la rejoindre secrètement, il loue la maison voisine et aménage une ouverture] « Il y fit percer une porte qui rendait dans la chambre de la chanoinesse, et outre qu’il y avait une tapisserie qui la cachait, on y mit encore une table devant, afin qu’elle f.t hors de la vue de tous ceux qui pouvaient venir dans la chambre. » (p. 174)

 

  • Denis Diderot, La Religieuse, éd. F. Lotterie, Paris, Flammarion, 2009 :
    • Le refus de la profession de foi : « Tout le monde était debout, il y avait de jeunes personnes montées sur des chaises et attachées aux barreaux de la grille, et il se faisait un profond silence, lorsque celui qui présidait à ma profession me dit : Marie-Suzanne Simonin, promettez-vous de dire la vérité ? […] À ces mots une des sœurs laissa tomber le voile de la grille, et je vis qu’il était inutile de continuer. Les religieuses m’entourèrent, m’accablèrent de reproches ; je les écoutai sans mot dire. On me conduisit dans ma cellule où l’on m’enferma sous la clef » (p. 26).
    • Entretien de Suzanne avec l’archidiacre : « Pourquoi votre cellule ne ferme-t-elle pas ? – C’est que j’en ai brisé la serrure. – Pourquoi l’avez-vous brisée ? -Pour ouvrir la porte et assister à l’office le jour de l’Ascension. – Vous vous êtes donc montrée à l’église ce jour-là ? – Oui, Monsieur… La supérieure dit : Monsieur, cela n’est pas vrai, toute la communauté… Je l’interrompis : Assurera que la porte du chœur était fermée, qu’elles m’ont trouvée prosternée à cette porte, et que vous leur avez ordonné de marcher sur moi […] » (p. 95).
    • « Lorsque toutes nos sœurs furent retirées… – Eh bien ! que fîtes-vous ? – Vous ne devinez pas ?… Non, vous êtes trop honnête pour cela. Je descendis sur la pointe du pied et je vins me placer doucement à la porte du parloir, et écouter ce qui se disait là. Cela est fort mal, direz-vous… Oh pour cela oui, cela est fort mal […] » (p. 183).
    • « Je n’ai jamais eu l’esprit du cloître et il y paraît assez à ma démarche, mais je me suis accoutumée en religion à certaines pratiques que je répète machinalement ; par exemple : une cloche vient-elle à sonner ? ou je fais le signe de la croix ou je m’agenouille ; frappe-t-on à la porte ? je dis Ave […] » (p. 193).

 

  • Thomas-Simon Gueullette, Mémoires de Mademoiselle Bontemps, ou de la Comtesse de Marlou, Amsterdam, Jean Catuffe, 1738.
    • « Quoique Mignard fût marié, il n’avait pas laissé d’être alarmé d’avoir appris dans l’hôtel que Madame de Sussex approuvait l’union de Mr. Dumas avec moi. Je ne sais qu’elles étaient ses intentions ; mais voulant apparemment me les expliquer, il prit le temps que Madame de Sussex était à table, et se glissa subtilement dans ma chambre, où j’étais seule. Il n’y avait qu’un moment qu’il y était, et je lui marquais mon étonnement qu’il eût pris cette liberté, lorsque Madame de Sussex quitta son dîner pour entrer dans son apparemment par une galerie qui donnait sur le jardin. Il fallait nécessairement qu’elle passât par ma chambre. Comme je l’entendis venir, je poussai précipitamment Mignard derrière la porte, et je fus saisir d’une telle frayeur, qu’il me prit sur le champ une ébullition de sang, et que je tombai évanouie. Madame, qui en passant fort vite ne s’était pas aperçue que j’étais dans ma chambre, facilita la fuite de Mignard, et fut extrêmement étonnée en y repassant un moment après, de me trouver en l’état où j’étais » (p. 52-54).
    • La découverte du passage secret :  » Le marquis et Géli, après s’être perdu dans leurs raisonnements sur les fausses Lettres, s’habillèrent. Le premier se promenait à grands pas dans la chambre, lorsque s’approchant d’une porte, il y reconnut un secret pareil à celui de l’écritoire. Il ne put résister à la curiosité de voir où cette porte pourrait le conduite. Quand il l’eut ouverte, il entra dans un petit corridor, et de là dans une chambre, qui causa une extrême surprise à Géli. Monsieur, dit-il à son père, lors de mon premier voyage à Bologne, après être sorti de cette maison et avoir traversé toute la ville, voilà la chambre où le vieillard qui m’y avait reçu me fit passer : c’est dans un cabinet où l’on entre par cette porte vitrée, qu’il me fit voir ma mère, et que je reçus ses derniers embrassements… » (p. 399-400).

 

  • Claude Godard d’Aucour, Thémidore, ou Mon histoire et celle de ma maîtresse [1745], éd. P. Wald Lasowski, Romanciers libertins du XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2000, t. I.
    • [Le narrateur épie une solliciteuse venue trouver son père] « Je descendis par un escalier dérobé, en robe de taffetas, en bonnet de nuit et en pantoufles, et, m’étant introduit doucement dans le cabinet qui a vue sur la salle, je considérai au travers de la porte vitrée les agréments de la solliciteuse ; elle en avait. C’était une femme de vingt-six à vingt-huit ans, ni grande ni petite, des yeux assez éveillés, de belles dents, un teint un peu brun, une gorge passable, un ensemble de physionomie capable d’animer, sa jambe dans sa façon n’était pas indifférente ; elle était dans le sofa étendue négligemment, et dans ces attitudes que l’on croit indifférentes, qui le sont rarement, et qui n’ont pas été inventées par la modestie. Elle se considérait dans les glaces, et répétait devant elles les grâces avec lesquelles elle devait se présenter devant mon père. » (p. 538)

 

  • Jean-Baptiste Louvet de Coudray, Les Amours du chevalier de Faublas [1787, 1788 et 1790], éd. M. Delon, Paris, Gallimard (Folio), 1996.
    • « Vous prenez cela pour une armoire ? c’est une porte de communication ; elle rend dans une maison qui a son entrée dans une autre rue » (Une année de la vie de Faublas, p.123)
    • « Vous me verrez entrer dans une boutique ; à côté est une porte cochère que vous trouverez entrouverte, vous entrerez vite. Un portier vous demandera qui vous êtes ; vous répondrez l’Amour, vous grimperez au premier étage « (Une année de la vie de Faublas, p.162)
    • « Justine et moi nous entrâmes dans le boudoir. J’eus soin de bien fermer la
      porte de la chambre à coucher qui y communiquait, tandis que Justine ouvrait
      à tâtons celle qui conduisait à l’escalier dérobé. » (Une année de la vie de Faublas, p.288)
    • Faublas est avec la Marquise de B*** quand le Marquis de B*** arrive, lui-même en rendez-vous secret avec Justine, l’ancienne femme de chambre de Madame de B*** et une des nombreuses conquêtes de Faublas :  » « Oh ! c’est lui ! c’est lui ! sauvons-nous ! » Il n’y avait pas un moment à perdre ; nous courûmes à la porte qui communiquait chez le bijoutier. « Bon Dieu ! s’écria la marquise, qu’ai-je fait de la clef ? » Une armoire très haute, mais très étroite, et fort heureusement assez profonde, pratiquée dans une encoignure, à côté de la cheminée, nous offrit un dernier asile. Madame de B*** s’y jeta la première : «Vite ! Faublas ! » Je n’eus que le temps de m’y précipiter après elle, et de fermer la porte sur nous. Ils entrèrent dans l’appartement que nous venions de leur abandonner. […] « […] Moi qui suis physionomiste, je donnerais… cent louis ! pour étudier alors le jeu de leurs figures… Parbleu ! tu devrais quelque jour me procurer ce plaisir-là. – A vous ? – A moi. – Impossible ! M. le marquis. – Pourquoi ? je me cacherais quelque part. – Impossible ! vous dis-je. – Tiens, quand je devrais me tapir sous ton lit. – Sous mon lit ? vous ne pourriez apercevoir que leurs jambes. – Tu as raison. Eh bien ! dans une armoire. […] » […] Il alla très heureusement à celle qui était de l’autre côté de la cheminée ; et quand il en eut ouvert la porte : « Voilà précisément ce qu’il me faut, dit-il. Un homme un peu puissant n’y tiendrait point ; moi, je n’y serai pas trop mal. Et, vois-tu, par le petit trou de la serrure, je contemplerai les acteurs tout à mon aise. Allons, Justine, laisse-toi fléchir. […] » […] [La Marquise et Faublas, plusieurs pages plus tard, sont toujours dans l’armoire] « Où sont-ils ? – Ils soupent. – Assurez-vous en. – Le moyen ? – Regardez. – Par où ? – Mais, par le trou de la serrure ! – Cela n’est pas facile, je ne puis me baisser. – Tâchez. – Ils sont à table. –Comment placés ? – Justine en face. – De cette armoire ? – Oui. – Et le marquis ? – Nous tourne le dos. » A peine ai-je dit que, prompte comme l’éclair, la marquise en se dégageant de mes bras, pousse notre porte avec violence, se précipite hors de l’armoire, s’élance vers la table, la renverse et… je ne vois plus rien. La porte a été rejetée sur moi, les bougies viennent de s’éteindre […]. [La Marquise et le Marquis partent après la scène de cette dernière]. Justine cependant se mit à rire de toutes ses forces : « Ils sont loin, s’écria-t-elle, ne nous gênons plus… J’étouffais… Ah ! la bonne scène !… quand verrai-je le chevalier pour lui raconter cette… ah ! la bonne scène ! …comment diable aurais-je deviné que cette femme était ici… dans cette armoire !… » Elle l’ouvrit et m’y trouva. » (La Fin des amours de Faublas, p.885, 887-88, 896, 900)

 

  • Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux, Le Paysan parvenu [1734-1735], éd. E. Leborgne, Paris, GF-Flammarion, 2010.
    • « Il fallait en m’en retournant que je passasse devant la chambre de Geneviève, qui en avait laissé la porte ouverte, et qui me guettait, assise et fondant en larmes ! » (1ère partie, p.80)
    • « Quand je fus au milieu de l’escalier, songeant aux regards que ce directeur avait jetés sur moi, il me prit envie de savoir ce qu’il en dirait : Catherine m’attendait pourtant dans sa cuisine ; mais n’importe, je remontai doucement l’escalier. J’avais fermé la porte de la chambre, et j’en approchai mon oreille le plus près qu’il me fut possible. Mon aventure avec Mlle Habert la cadette fut bientôt racontée ; de temps en temps je regardais à travers la serrure, et de la manière dont le directeur était placé, je voyais son visage en plein, aussi bien que celui de la sœur cadette.  » (2e partie, p.110)
    • « Je voulus repousser la porte de la cuisine, pour m’épargner le coup de chapeau qu’il aurait fallu lui donner en me montrant, mais je n’y gagnai rien, car il la rouvrit, et entra.  » (2e partie, p.119)
    • « J’en lisais à peine les premiers mots, qu’un homme descendu de l’escalier qui était au fond de l’allée, la traversa en fuyant à toutes jambes, me froissa en passant, laissa tomber à mes pieds une épée nue qu’il tenait, et se sauva en fermant sur moi la porte de la rue. Me voilà donc enfermé dans cette allée, non sans quelque émotion de ce que je venais de voir. Mon premier soin fut de me hâter d’aller à la porte pour la rouvrir ; mais j’y tâchai en vain, je ne pus en venir à bout. D’un autre côté, j’entendais du bruit en haut de l’escalier. L’allée était assez obscure, cela m’inquiéta. Et comme en pareil cas tous nos mouvements tendent machinalement à notre conservation, que je n’avais ni verge ni bâton, je me mis à ramasser cette épée, sans trop savoir ce que je faisais. Le bruit d’en haut redoublait ; il me semblait même entendre des cris comme venants d’une fenêtre de la maison sur la rue, et je ne me trompais pas. Je démêlai qu’on criait : arrête, arrête ; et à tout hasard, je tenais toujours cette épée nue d’une main, pendant que de l’autre je tâchais encore d’ouvrir cette misérable porte, qu’à la fin j’ouvris, sans songer à lâcher l’épée. Mais je n’en fus pas mieux ; toute une populace s’y était assemblée, qui, en me voyant avec l’air effaré que j’avais, et cette épée nue que je tenais, ne douta point que je ne fusse, ou un assassin, ou un voleur. » (3e partie, p.203)
    • Madame de Ferval donne les instructions pour chez la Remy : « Ce sera chez elle où nous nous verrons ; c’est un quartier éloigné où je serai totalement inconnue. Sa petite maison est commode, elle y vit seule ; il y a même un petit jardin par lequel on peut s’y rendre, et dont une porte de derrière donne dans une rue très peu fréquentée ; ce sera dans cette rue que je ferai arrêter mon carrosse ; j’entrerai toujours par cette porte, et toi toujours par l’autre. » (4e partie p.238) (Les instructions sont mises en pratique dans la 5e partie, p.283)
    • Jacob parle avec la Remy :  » […] ce n’est pas moi que je regarde là-dedans, c’est Madame de Ferval ; qu’est-ce que ce grand je ne sais qui va penser d’elle ? une porte fermée, point de clef à une serrure, une femme de bien avec un jeune garçon, voilà qui a bonne mine. […] Le garçon est jeune, est-il obligé d’être vieux ? il est vrai que la porte était fermée ; eh bien une autre fois elle sera ouverte ; c’est tantôt l’un, tantôt l’autre, où est le mystère ? on l’ouvre quand on entre, on la ferme quand on est entré ; pour ce qui est de moi, si je n’étais pas avec vous, c’est que j’étais ailleurs […] » (5e partie, p.292 et 293)
    •  » […] elle poussa une porte qui n’était couverte que d’une mauvaise tapisserie, et par où l’on entrait dans ce petit retranchement où je me mis. J’étais là en effet, à peu près comme si j’avais été dans la chambre ; il n’y avait rien de si mince que les planches qui m’en séparaient, de sorte qu’on n’y pouvait respirer sans que je l’entendisse. » (5e partie, p.296)
    • « La porte n’était que poussée, je ne pensais pas que ce fût la peine de frapper à une porte à demi ouverte, et j’entrai tout de suite à cause de la commodité. […] Ah ! mon Dieu, dit [la dame au chevet de Madame de Fécour] en pie-grièche, et s’interrompant quand je fus entré, est-ce que vous n’avez pas fermé cette porte, vous autres ? Il n’y a donc personne là-bas pour empêcher de monter ? Ma sœur est-elle en état de voir du monde ? » (5e partie, p.307)
    • « Nous laissâmes la canaille courir après eux avec des huées, et nous restâmes sur le champ de bataille, qui, je ne sais comment, se trouva alors près de la porte de Madame d’Orville ; de sorte que l’inconnu que je venais de défendre entra dans sa maison pour se débarrasser de la foule importune qui nous environnait. » (5e partie, p.317)

 

  • Charles de Fieux de Mouhy
    • Paris, ou Le Mentor à la mode, Paris, chez Pierre Riboud, 1735-1736.
      • « [Il] parcourut toutes les portes cocheres sans reconnoître celle de la Marquise : il prit le parti de frapper de maison en maison, & de demander. Mais on lui dit par-tout qu’on ne connoissoit pas la Dame dont il était question. Après avoir suivi la même maxime, d’un bout delà ruë à l’autre, il prit l’autre côté, & continua sa recherche. Il n’avoit plus qu’une maison à frapper, il commençoit à se desesperer ; & les frayeurs de se trouver perdu au milieu de Paris, fondé sur la crédulité des Provinciaux qui le font trois fois plus dangereux, le sailissoient, lorsqu’avançant la main pour lever le marteau, la porte s’ouvrit : & il en sortit une jeune Dame, precedée d’un Laquais qui portoit un flambeau devant elle. Le Valet lui demanda assez brusquement ce qu’il désiroit. Le Chevalier, que l’éclat de la jeune Dame avoit frappé, demeuroit interdit, & repliqua d’un ton timide qu’il voyoit bien qu’il se trompoit, fit une profonde reverence, & voulut se retirer » (2e partie, p.94-95)
    • La Mouche ou Les aventures de M. Bigand [1736-1742], éd. R. Démoris et F. Magnot-Ogilvy, Paris, Classiques Garnier, 2010.
      • « Ce qu’il est important de savoir, c’est qu’à peine sus-je marcher, que je donnai des préjugés de ce que je devais être un jour ; j’étais d’une curiosité sans égale, j’écoutais à toutes les portes, je regardais à travers les serrures et rien ne se passait au logis et dans le quartier, que je n’en fusse exactement informé. » (p. 82)
      • « J’avais les clefs d’une porte de derrière à moi seul connue, et je voulais profiter de cette occasion pour surprendre mon monde, n’ayant pas lieu de craindre que je fusse attendu. […] Il était environ minuit, lorsque je rentrai secrètement chez moi ; j’arrivai jusqu’à mon appartement sans rencontrer personne. J’entrevis, d’une de mes croisées, de la lumière dans celui de ma femme ; je jugeai qu’elle n’était pas couchée et je formai sur la champ la résolution de m’y rendre par un escalier dérobé qui aboutissait à sa garde-robe ; je me flattais de la trouver ouverte, comme elle l’était assez ordinairement. De cette garde-robe on passait dans un grand cabinet, où l’on se tenait pendant le jour, et de cet endroit il était facile de tout voir et de tout entendre. La porte en était vitrée et la chambre qui le précédait était celle où ma femme couchait. » (p. 432-433)
    • La Paysanne parvenue [1739], éd. H. Coulet, Paris, Desjonquères, 2005
      • « Cette fille me dit me de coucher ; elle voulut m’aider à me déshabiller, et en le faisant elle me caressa beaucoup : je fus chargée de me conduire dans un petit cabinet qui tenait à la chambre. […] Lorsque je fus dans un petit lit très bon qui m’avait été préparée, elle sortit en fermant sur moi une porte qui était vitrée. Tout ce qui s’était passé ce jour m’agitait trop pour que je pusse m’endormir facilement ; ce que m’avait dit ma sœur me revenait sans cesse à l’esprit, et je n’oubliai pas les moyens dont elle s’était servie pour satisfaire sa curiosité. On suit plus aisément les mauvais exemples que les bons ; je me relevai sans bruit dans l’intention d’écouter : je levai le petit coin d’un rideau de taffetas qui couvrait en dedans la porte vitrée ; le monsieur et la dame étaient encore à table […] » (p. 132).
      • L’évasion du cloître : « Les clefs de la clôture étaient attachées dans un parloir, dont la grille donnait dans la chambre des tourières du dehors, il m’arrivait souvent de me trouver seule à la porte : je savais les êtres à merveille, ce fut sur cette idée que je formai ma résolution. […] Je le rassurai [Mélicourt], et lui fis remarquer, que pourvu qu’il tint sa chaise prête à quelque distance de la porte du couvent, et que le postillon fût toujours en état de marche, il me serait aisé de me jeter dans la voiture; et qu’étant dans un village, il n’y avait pas à craindre que nous fussions arrêtés, quand même on s’apercevrait dans le moment de ma fuite; que le seul instant critique était l’ouverture de la porte, mais que, puisque j’avais tant fait que de me déterminer, je prendrais des mesures si justes et le temps si favorable, que je ne serais pas prise sur le fait. […]  J’avais entr’ouvert la porte de ma cellule, par-devant laquelle la mère tourière était obligée de passer; je l’entendis au bruit de ses clefs, et je la reconnus : je lui laissai le temps de faire ses affaire et d’aller au chœur ; et dès que je crus qu’elle y était je me rendis au parloir. Vous devez juger de ma joie de reconnaître les clefs ; je m’en saisis, et j’eus bientôt ouvert la porte de la clôture : j’eus la précaution de la fermer après moi, et d’emporter les clefs. […] La prudence que j’avais eu de fermer la porte fut mon salut. J’aurais été reprise infailliblement par le temps que je fus obligée de mettre pour ouvrir la porte de la rue, dont la serrure était extrêmement difficile : les religieuses étaient accourues, et par une fenêtre ayant reconnu mon attention, criaient au secours […]. Mélicourt alerte, comme vous devez vous l’imaginer, accourut avec un valet à la porte, et faisait ses efforts pour la jeter à bas ; le courage me repris en le voyant si près de moi, et m’ayant donné l’idée de me servir d’une seconde clef pour avoir la force de tourner celle qui était dans la serrure, elle s’ouvrit tout d’un coup : j’en fis un cri de joie, et je me jetai entre les bras de Mélicourt, avec un tremblement universel » (p. 152-153).
      • Jeannette et Madame de Geneval à la porte de la chapelle :  » Madame de Geneval, comme très connue, à ce qu’elle disait, à la cour, et en sachant les usages, gratta à la porte de la chapelle :  un garde l’entrouvrit : L’on ne peut entrer, Madame, lui dit-il, tout est plein: elle se nomma et voulut s’expliquer sur ses prérogatives, mais le garde du Roi referma la porte sans lui répondre, et comme un homme qui ne fait pas grand cas de quelqu’un ; elle me dit, émue de colère, que c’était un garde de recrue, qui ne savait pas son métier, mais qu’elle le lui ferait apprendre ; pour moi je n’avais pu m’empêcher de sourire ; elle s’en était aperçue, et sa vanité lui ayant fait penser, sans doute, que ce ris procédait de ce qu’elle était si mal accréditée, elle retourna à la charge, et regratta à la porte ; le farde du Roi lui dit : Eh! Madame, il est inutile, je vous ai déjà dit, que vous ne pouviez entrer : en prononçant ces mots, il allait refermer la porte, lorsque je m’avançai […] » (p. 280).

 

  • André-Robert Andrea de Nerciat, Félicia ou Mes fredaines [1782], in Romanciers libertins du XVIIIe siècle, II, Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), 2005.
    • « Dans un moment où je revenais à peine à moi-même, j’entendis ouvrir doucement ma porte, qui faisait face au pied de mon lit. J’avais pour lors une attitude si singulière que je n’en pouvais changer sans donner matière à quelque soupçon. J’eus donc la présence d’esprit de feindre de dormir et de n’entrouvrir les yeux qu’assez pour voir qui pouvait entrer ainsi chez moi si matin : c’était Sylvino lui-même. Le premier mouvement qu’il fit en me voyant peignit la plus délicieuse surprise. J’étais dans l’état où les trois déesses s’offrirent aux yeux de Pâris ; sur le dos, la tête appuyée contre le bras gauche, dont la main renversée couvrait à moitié mon visage ; mes jambes, l’une à peu près étendue, l’autre écartée, le genou un peu plié, trahissaient le plus secret de mes charmes ; et la main qui venait de le si bien fêter gisait mollement à côté de la cuisse… Après avoir contemplé quelques moments de la porte cette position, qu’un peintre voluptueux devait trouver ravissante, Sylvino vient à mon lit avec beaucoup de précaution et m’oblige pour le coup à fermer tout à fait les yeux, ne voulant pas qu’il pût douter de mon sommeil. » (1ère partie, chapitre 14, p.620-621)
    • « On n’avait point fermé la porte après l’entrée du chevalier ; jamais on n’annonçait son oncle, qui, leste, marchant toujours sur la pointe d’un petit pied, on ne peut pas moins bruyant, nous surprit de la sorte et vit, sans y penser malice, monsieur son neveu aux pieds de Sylvina.» (1ère partie, chapitre 25, p.643-644)
    • « Peu de moments après, Caffardot, inquiet de sa disgrâce, prit sur lui (malgré le danger qu’il pouvait courir) de venir trouver la fausse Éléonore. Il frappa doucement. « L’entendez-vous, mademoiselle ? (dit aussitôt Thérèse en se levant) mademoiselle, le voilà… Le laisserons-nous entrer… mademoiselle ?… » Je fus sourde. En conséquence, Thérèse me crut endormie et fut ouvrir la porte mal graissée qui fit du bruit. Cependant Caffardot fut introduit. » (2e partie, chapitre 6, p.674)
    • « Elle alla dire tout bas par la serrure à son bon ami (qui en effet y avait l’oreille collée), que la femme de chambre, qui s’était trouvée mal et n’avait appelé que pour demander du secours, ne se doutait probablement de rien ; qu’au surplus la culotte, qui ne se trouvait point encore, ne pourrait lui être rendue par la porte, à cause du bruit qu’elle faisait au moindre mouvement ; mais que s’il voulait aller au jardin, on la lui jetterait par la fenêtre dès que la femme de chambre dormirait. Ainsi débarrassées du témoin incommode, enchantées de le savoir cul nu dans le jardin, où la bise soufflait avec fureur, nous ne contraignîmes plus nos ris : puis nous tînmes conseil, résolues de bien employer, pour notre amusement et pour le tourment de Caffardot, l’insigne preuve que nous avions de son incontinence.  Le résultat de nos délibérations fut que Thérèse qui connaissait parfaitement la maison, irait sans bruit suspendre la culotte à la porte de la chambre où couchait la véritable Éléonore. » (2e partie, chapitre 8, p.679) La porte en reste ornée : « Le chevalier emmena le président demi-mort, ferma la porte et s’empara de la clef, pour empêcher ce père irrité de revenir sur ses pas faire quelque mauvais traitement à sa coupable fille. Cependant la culotte était demeurée, et celui à qui elle manquait ne passait pas lui-même des instants moins cruels qu’Éléonore, que ce trophée de libertinage venait de compromettre si publiquement. » (2e partie, chapitre 11, p.685)
    • (C’est le chevalier qui parle) « Le funeste président nous faisant visiter tous les recoins de sa maison, avec autant d’exactitude que si nous eussions été un détachement de maréchaussée, commandé pour y déterrer quelque malfaiteur, avait annoncé la pièce où nous sommes maintenant comme l’appartement de sa fille, et celle d’en haut, où je suis venu m’égarer, comme l’une des chambres qu’il donne aux étrangers, en attendant que le premier soit en état. La droite est pour les femmes, les hommes sont de l’autre côté. Ayant bien mis cette distribution dans ma tête ; assuré d’ailleurs que Sylvina devait occuper au-dessous le bel appartement et présumant en conséquence que tu coucherais nécessairement dans une chambre où il n’y aurait qu’un lit, il me semblait que rien ne pouvait s’opposer au bonheur de passer la nuit avec toi ; je suis donc parti pour le quartier des femmes, dès que j’ai présumé que tout le monde pouvait à peu près dormir. J’ai porté la main sur plusieurs serrures ; enfin j’ai trouvé la clef dans l’une, j’ai ouvert. Quelqu’un dormait, mais au bruit que j’ai fait, on s’est éveillé…  » (2e partie, chapitre 10, p.681)
    • « Moins adroit que la première fois, j’ai touché tant soit peu la porte qui s’en est plainte aigrement. La présidente a dit avec effroi : « Mon Dieu ! Saint-Jean, que viens-je d’entendre ? — Ce n’est rien, lui a-t-on répondu, c’est le vent ou quelque chat. » La bonne présidente s’est un peu rassurée… » (2e partie, chapitre 14, p.693)
    • « […] nos plaisirs ne peuvent se décrire… Deux fois encore nous expirâmes dans les bras l’un de l’autre… L’épuisement seul de nos esprits eût pu mettre fin à d’aussi ravissants ébats, si quelqu’un, qui frappait à ma porte à coups redoublés ne nous eût arrachés à notre bonheur : il fallut cesser… répondre… ouvrir… » (2e partie, chapitre 22, p.710)
    • « L’Italienne dormait, un pied à terre, l’autre sur le siège du meuble ; son complaisant, cul nu sur le parquet, dormait aussi, coëffé des jupes et ayant une cuisse de la dame pour oreiller. Une porte ouverte laissait voir à découvert l’autre couple ronflant dans la posture où le plaisir l’avait laissé. » (2e partie, chapitre 23, p.711)
    • (Extrait de l’histoire de Monrose) « Déjà sa robe m’enveloppait la tête ; et j’étais renversé sur le lit la face contre les couvertures, pouvant à peine respirer. Une jambe passée autour des miennes les tenait fortement arrêtées ; et déjà le monstre, de la main qu’il avait libre, avait coupé l’aiguillette de mon haut-de-chausse, et découvert… Mais, dans ce moment, le régent furieux, et qui probablement était depuis longtemps aux aguets, a jeté la porte en dedans, malgré les verrous, et m’a tiré, non sans peine, des mains du forcené qui, dans l’égarement de sa passion, ne pouvait lâcher prise ; je me suis évadé pendant que ces animaux féroces s’accrochaient avec la dernière fureur. Dans l’instant, toute la maison a été sur pied. Je visais à m’échapper ; j’ai eu ce bonheur à la faveur de la confusion générale, les portes s’étant trouvées par hasard ouvertes. » (3e partie, chapitre 3, p.737)
    • « Des portes déguisées cachaient de petits enfoncements où était pratiquée une machine commode, sur laquelle on se plaçait. Alors, la personne et le siège se trouvant à peu près en équilibre avec un poids de cent soixante livres, qui se mouvait dans l’épaisseur du mur, on montait et redescendait sans peine à la faveur d’une corde perpendiculaire et fortement tendue. Sydney n’avait à monter que six pieds pour voir tout ce qui se passait chez les femmes, par les trous des trumeaux dont j’ai parlé, chap. XV. La mécanique de tous ces suspensoirs était faite avec le plus grand soin. Les panneaux qui servaient d’issue s’ouvraient et se fermaient à coulisse, et étaient de même parfaitement finis. » (3e partie, chapitre 19, p.769) Mise en pratique au chapitre suivant : « Je n’hésitai point, et, tirant à moi le suspensoir destiné à la correspondance de mon appartement à celui d’Aiglemont, je pris le chemin de chez lui, et je parvins à son antichambre. La porte de la chambre à coucher n’était point fermée. J’entrai à la faveur des ténèbres. En tâtonnant autour de son lit, je mis la main sur la tête d’une femme, qui s’éveilla, et fit un cri dont le sommeil du chevalier fut à son tour interrompu : c’était la chaste Thérèse qui partageait ainsi sa couche. Il dit plusieurs fois : « Qui va là ? » Je me mis à rire ; il se leva, chercha de son mieux le joyeux lutin, et passa si près de moi, comme j’allais m’échapper, que je me trouvai à portée de lui appliquer, sur les fesses, un bon coup du plat de ma main ; en même temps je poussai la porte et, tournant la clef, je les enfermai. Pendant que les pauvres gens étaient, l’un fort surpris, l’autre fort effrayée, je regagnai tranquillement ma chambre et me mis au lit. » (3e partie, chapitre 20, p.771)
    • « J’ai le courage de m’élancer hors du carrosse et de l’arracher à la fureur de son adversaire, qui abuse cruellement de son avantage. Déjà quelques jeunes gens du quartier ont ouvert leur fenêtre. Une escouade du guet s’avance et n’est plus qu’à six pas… une porte s’ouvre par bonheur. Je me jette dans la maison : on referme aussitôt. Je devais ce secours aussi salutaire qu’imprévu, à un jeune homme de bonne mine, que le bruit de la querelle faisait accourir presque nu, avec de la lumière et son épée. Il me prie de la meilleure grâce du monde, de monter chez lui, en attendant que la scène de la rue fût finie, et m’assure que je ne serais point compromise, et qu’il se fait fort de me mettre à l’abri de tout dans l’asile qu’il a le bonheur de m’offrir. En effet, les alguazils, après s’être emparés de Belval et du cocher, frappèrent violemment à la porte ; mais mon libérateur leur parle fort civilement du balcon, et prend sur lui de dire qu’il me connaissait pour une dame très honnête, qui ne doit pas souffrir des démêlés d’un jeune homme emporté et d’un cocher ivre. » (4e partie, chapitre 8, p.821)

 

  • Jacques-Antoine-René Perrin (attribué à), Les Egarements de Julie [1756], Londres, 1765. (La ponctuation a été légèrement modifiée pour plus de lisibilité).
    • « M. Demery m’offrit la main, & me mena vers une fontaine, où il m’engagea à plaindre la métamorphose d’un Actéon changé en cerf, pour avoir furtivement admiré Diane aux bains : la colére que je témoignai d’une chasteté aussi mal entendue, l’enhardit dans son entreprise ; il profita de ma disposition pour me faire avouer qu’il ne craindroit pas avec moi le même sort. La conversation n’ayant pas laissé d’échauffer les idées, nous jugeâmes à propos de nous retirer : mon émotion me faisait sans doute pénétrer la suite. Il me remit à mon appartement, & m’exhorta à ne point m’effrayer si les vapeurs du sommeil me ramenoient à la situation de Diane : je feignis de ne point pénétrer son dessein, & me couchai bien disposée à le recevoir. Effectivement une demi-heure après m’être mise au lit j’entendis ouvrir une porte de communication que j’avois déjà bien remarquée, & je distinguai à la faveur de la lumière M. Démeri qui entrouvrait les rideaux de mon lit. » (tome II, p.16-17)
    • Mais Démery est impuissant ; pour se consoler de cet échec, Julie va prendre un bain, s’admirant elle-même à la dérobée dans les miroirs qui l’entourent, se laissant aller à son plaisir et au rêve d’un autre Actéon, le jeune Derval…  « La disposition lascive où j’étois au bain m’en rapelloit l’idée avec les transports les plus vifs : je lui parlois, je l’apellois pour être témoin de mon ivresse, je me plaignois de son indifférence, je lui donnois tous les noms que la passion dicte pour un objet aimé. Pouvois-je le soupçonner si près de moi ? Derval au même instant sort d’une armoire pratiquée dans le mur, se jette à mes genoux, les embrasse, me serre entre ses bras, m’ôte tout moyen de crier en colant sa bouche contre mes lévres, me demande pardon, fait de nouvelles fautes ; ses yeux & ses mains trouvent de nouveaux avantages dans mes moindres mouvements, il en profite, tout est à lui. […] On se souvient bien de la situation dans laquelle m’avoit laissée M. Demery ; c’étoit dans cette crise que j’avois sonné ma Femme-de-chambre, qui n’avoit eu que le tems de fermer la porte sur Derval, ne s’imaginant pas que je dusse venir prendre sa place. L’ordre inattendu que je lui avois donné de préparer le bain, l’avoit jettée dans un nouvel embarras : à peine avoit-elle eu le tems d’y descendre & d’en ouvrir la porte, qu’elle m’avoit entendue dans le Corridor qui y conduisait. Elle n’avait eu d’autre parti à prendre que de pousser Derval dans une armoire vitrée, d’où rien ne lui était échappé […] » (tome II, p.23 et 25)

 

  • Antoine François Prévost (dit l’abbé Prévost)
    • Histoire d’une Grecque moderne [1740], éd. A. J. Singerman, Paris, GF-Flammarion, 1990.
      • « La chambre de Théophé était voisine de la mienne. Je me levai aussitôt que mon valet de chambre m’eut mis au lit, et je cherchais quelque endroit d’où je pusse découvrir tout ce qui s’approcherait de notre appartement. […] La nuit se passa toute entière sans qu’il se présentât rien qui pût blesser mes yeux. Je m’approchai même plusieurs fois de la porte ; j’y prêtais curieusement l’oreille. Le moindre bruit réveillait mes soupçons, et je fus tenté sur un léger mouvement que je crus entendre de frapper brusquement pour me faire ouvrir. » (p. 253)
      • « Mais en portant un œil curieux dans toutes les parties de la chambre, j’aperçus une petite porte qui donnait sur un escalier dérobé, et que je n’avais point encore eu l’occasion de remarquer. Toutes mes agitations se renouvelèrent à cette vue. » (p. 254)
    • La Jeunesse du commandeur [1741], éd. R. Démoris, Paris, Slatkine, 1996
      • « Il me fut impossible de me rassurer sur les prédictions de Perés, que de me rendre à ses exhortations. Je n’en retournai pas moins à la porte d’Helena, où je passai tout le reste de la nuit dans une agitation que je ne puis représenter. » (p. 104)
    • Mémoires et Aventures d’un homme de qualité [1728], éd. J. Sgard, Paris Desjonquères, 1995
      • Anecdote romaine : « Un abbé, dont je dois cacher le nom par respect pour l’église romaine, était devenu amoureux de la femme d’un machiniste de l’opéra. […] Après mille artifices employés inutilement, le galant ecclésiastique, qui rôdait sans cesse dans le quartier, remarqua que le machiniste faisait faire, par un tourneur, quatre colonnes assez grosses, qui paraissaient devoir servir à l’entrée d’une alcôve. Il forma là-dessus le dessein de gagner le tourneur pour lui faire creuser une de ces colonnes, et de s’y enfermer lorsque son jaloux les ferait transporter chez lui. Ce projet lui réussit. Il y avait fait ménager une ouverture, en forme de petite porte, qui s’ouvrait dedans, et qui ne paraissait point au dehors, de sorte qu’il espérait pouvoir sortir et rentrer facilement. On transporte les colonnes chez le machiniste : on les place suivant leur destination. Mais, par le plus grand malheur du monde, celle où l’abbé s’était niché se trouva placée de manière que la petite porte était contre la muraille; ce qui en rendait l’ouverture impossible. On peut juger quel fut l’embarras du galant, lorsqu’ayant entendu descendre le mari, il crut pouvoir sortir de sa prison pour surprendre agréablement sa belle » (p. 186-187).

 

  •  Nicolas E. Rétif de la Bretonne
    • Le Paysan et la Paysanne pervertis [1787], éd.  P. Testud, Paris, Honoré Champion, 2016.
      • « Il faut se défier de ce qu’on entend à travers une porte , et de ce qu’on voit par le trou de la serrure, cher aîné : c’est ce que nous disait maître Jacques, notre recteur d’école, comme il t’en souvient ; et ce mot était plein de sens ; j’en suis la preuve. » (t. I, Ière partie, lettre XIV, p. 95)
    • Le Pied de Fanchette [1769], éd. P. Testud, Paris, Robert Laffont (Bouquins), 2002.
      • Fanchette s’ouvre auprès de la gouvernante du comportement de son tuteur « « Je suis tranquille à présent, dit l’aimable Florangis. Tantôt il m’a surprise ; j’étais endormie ; il me baisait le pied, lorsque je me suis éveillée…— Vraiment ! vraiment ! le pied ! à vous !… il s’y connaît… Mais comment ne l’avez-vous pas entendu ? Votre porte est rude, et fait du bruit. — Il n’est pas entré par là. — Eh ! par où donc, si ce n’est par la porte ? — Par celle qui donne de cet appartement dans le sien. — Que voulez-vous dire ? Une porte de son appartement dans le vôtre ?… Voilà la première fois que j’en entends parler. » (1ère partie, chapitre 8, p.30-31). Au chapitre suivant, à la deuxième tentative, il est près du but, quand la gouvernante arrive : « Elle ne le trouva pas dans son appartement ; elle chercha la porte ignorée, la découvrit, et vit le tartufe infâme… attaché sur sa proie timide. En femme prudente, elle sort, court, plus vite qu’elle n’avait fait depuis trente ans, à la porte de Fanchette et frappe à coups redoublés. Il était temps. Apatéon, presque vainqueur, craint qu’on ne le surprenne ; il abandonne Fanchette, lui recommande le secret en menaçant, et s’élance chez lui par la porte dérobée. » (1ère partie, chapitre 9, p.33-34).
      • «  « Ne m’approchez pas, leur dit cette courageuse fille, tant qu’il me restera des forces, je ne souffrirai pas que vous me touchiez. » En même temps, ayant aperçu un cabinet dont la porte était entrouverte, elle s’y jeta et parvint, sans qu’on prévît son dessein, à s’y renfermer. De Chamb…. ordonna qu’on en brisât la porte ; ses ordres ne purent être exécutés sur-le-champ ; la malheureuse Fanchette se fortifiait avec quelques meubles ; elle eût même la force de déplacer une glace, et crut qu’on craindrait de la briser ; mais rien n’arrêta, et ce dernier refuge lui fut enlevé. » (2e partie, chapitre 27, p.75)

 

  • Jean-Jacques Rousseau, Julie ou La Nouvelle Héloïse [1761], éd. H. Coulet, Paris,
    Gallimard, 1993, t. I et II.

    • « Il se mit à marcher doucement ; je le suivis sur la pointe du pied. Nous arrivâmes à la porte du cabinet : elle était fermée ; il l’ouvrit brusquement. Milord, quel spectacle ! Je vis Julie à genoux, les mains jointes, et tout en larmes. Elle se lève avec précipitation, s’essuyant les yeux, se cachant le visage, et cherchant à s’échapper. On ne vit jamais une honte pareille. Son mari ne lui laissa pas le temps de fuir. Il courut à elle dans une espèce de transport. » (Ve partie, Lettre V, p. 225)

 

  • Madame de Villeneuve, La Jardinière de Vincennes, à Londres, et se vend à Paris chez Hochereau l’aîné, 1753.
    • « En tenant ces discours, il avoit tant fait qu’il avoit mis son maître en état de descendre, & qu’il l’entraînoit en bas, lorsqu’en passant près de l’entre-sol où logeoit Mademoiselle de la Mothe, Demoiselle de la Marquise, il entendit chanter cette fille, qui avoit la voix fort belle, & que l’on accompagnoit du clavecin. Il s’arrêta sans bruit à la porte, qui étoit entr’ouverte, où il vit dans une glace vis-à-vis du clavecin que ce n’étoit pas Mademoiselle de la Mothe qui l’occupoit, mais une jeune personne qui chantoit en s’accompagnant elle-même. Comme elles avoient les yeux sur leur musique, elles ne remarquèrent point le Marquis, & il eut le tems de considerer cette inconnue, qu’il jugea à son habillement champêtre, devoir être celle que Dupuy lui avoit annoncée, mais qui lui parut infiniment au-dessus des louanges qu’il venoit de lui donner. C’étoit une beauté parfaite, blonde, sans tomber dans l’air fade qu’on leur reproche en général. Ses traits réguliers avoient une délicatesse qui en augmentoit les graces. Ses mains étoient faites en perfection & d’une blancheur éblouissante ; mais ce qu’il y avoit encore de plus flatteur, tant d’attraits ne paraissoient pas avoir plus de quinze ans. » (tome 1, p.20-21)
    • Tombé amoureux de la jardinière de Vincennes, le Marquis ne cesse de la suivre : « Ce mauvais succès ne le rebuttant pas, il y retourna plusieurs fois. Mais après avoir manqué souvent à la rencontrer, parce qu’elle alloit à la Messe ailleurs, ou qu’elle l’entendoit si matin à Vincennes, qu’elle était retournée chez elle avant qu’il fut arrivé ; il se crut au comble de ses vœux, en apercevant que Madame Maronville, qui les autres jours n’avoit pas jeté les yeux sur lui, le regardant cette fois attentivement, lui donnoit sujet de croire qu’elle l’invitoit à la suivre. […] Il les vit entrer chez elles, qui laissoient la porte ouverte, ce qui ne lui laissa plus douter que ce ne fût pour le faire entrer lui-même : il en profita & y entra aussi. […] Si j’ai souhaité de vous revoir ici, Monsieur, lui dit-elle, je vous supplie de n’en tirer aucune conséquence désavantageuse à nos sentimens, nous n’en avons pas changé […] mais j’ai voulu vous instruire de la dernière résolution que votre oppiniâtreté à nous persecuter m’a inspirée. Elle est telle que si vous ne cessez de suivre ma fille, je la mettrez dans un lieu où elle sera hors d’inquiétudes sur vos assiduités, & où vous ne la verrez pas malgré elle. » (p.98-100)

 

 

 

Brigitte Friant-Kessler : « La caricature sur le pas de la porte. Représentations sociales, culturelles et politiques du pas de porte dans la satire graphique britannique de l’ère georgienne »

Brigitte Friant-Kessler est maîtresse de conférences en études anglaises au sein de l’Université Polytechnique des Hauts de France, à Valenciennes. Ses recherches sont consacrées à l’intermédialité, à l’interartialité et aux arts graphiques. Elle s’intéresse en particulier aux romans graphiques et aux adaptations visuelles d’œuvres classiques. Parallèlement, elle réfléchit à la caricature, à la satire graphique et aux mécanismes de l’humour qui s’y déploient.

Enregistrement de la communication lors de la journée d’études en visioconférence :

Morgane Muscat : « Le pas de la porte : un lieu de sociabilité oublié »

Doctorante à Sorbonne Université, Morgane Muscat travaille sur la représentation de Paris dans les fictions romanesques de la fin du XVIIe à la fin du XVIIIe siècle (particulièrement les œuvres de Challe, Marivaux, Mouhy, et Rétif de la Bretonne). Le titre de sa thèse est : « La forme d’une ville : la représentation de Paris dans la fiction narrative (1650-1789) ».

Enregistrement de la communication lors de la journée d’études en visioconférence :

 L’article issu de cette communication a été publié sur HAL et est disponible ici.

Citations

Corneille

  1. « Célidée et Hippolyte sont deux voisines, dont les demeures ne sont séparées que par le travers d’une rue, et ne sont pas d’une condition trop élevée pour souffrir que leurs Amants les entretiennent à leur porte. Il est vrai que ce qu’elles y disent serait mieux dit dans une chambre ou dans une Salle. Ce n’est que pour se faire voir aux Spectateurs qu’elles quittent cette porte où elles devraient être retranchées, et viennent parler au milieu de la Scène ; mais c’est un accommodement de Théâtre qu’il faut souffrir, pour trouver cette rigoureuse unité de lieu qu’exigent les grands Réguliers. » (Pierre Corneille, La Galerie du Palais ou L’Amie rivale, Examen de 1660, Théâtre I, éd. C. Carlin, J. De Guardia, L. Picciola et M. Vuillermoz, Paris, Classiques Garnier, 2014, p.758)

 

  1. « Malgré cet abus introduit par la nécessité, et légitimé par l’usage, de faire dire dans la rue à nos Amantes de Comédie ce que vraisemblablement elles diraient dans leur chambre, je n’ai osé y placer Angélique durant la réflexion douloureuse qu’elle fait sur la promptitude, et l’imprudence de ses ressentiments, qui la font consentir à épouser l’objet de sa haine. J’ai mieux aimé rompre la liaison des Scènes, et l’unité de lieu qui se trouve assez exacte en ce Poème, à cela près, afin de la faire soupirer dans son cabinet avec plus de bienséance pour elle, et plus de sûreté pour l’entretien d’Alidor. Phylis qui le voit sortir de chez elle, en aurait trop vu si elle les avait aperçus tous deux sur le Théâtre ; et au lieu du soupçon de quelque intelligence renouée entre eux, qui la porte à l’observer durant le bal, elle aurait eu sujet d’en prendre une entière certitude, et d’y donner un ordre, qui eût rompu tout le nouveau dessein d’Alidor et l’intrique de la Pièce. » (Pierre Corneille, La Place Royale ou l’Amoureux Extravagant, Examen de 1660, Théâtre II, éd. J. De Guardia, L. Picciola, F. Dobby-Poirson, L. Rescia, Paris, Classiques Garnier, 2017, p.188-189).

Challe

  1. « Il envoya chercher une chaise à porteurs, y ayant fort longtemps qu’il ne se servait plus du carrosse qui n’était plus qu’à sa fille ; et malgré tout ce qu’elle et moi lui pûmes dire, il sortit, quoiqu’il y eût plus de six mois qu’il n’eût pas vu le pas de sa porte, ayant même la permission de faire dire la messe chez lui. » (Robert Challe, « Histoire de Monsieur Des Ronais et de Mademoiselle Du Puis », Les Illustres Françaises, éd. J. Cormier, Paris, Classiques Garnier, 2014, p.130). 


  2. « Elle me dit de venir la voir dès le soir même, et que nous passerions la soirée sur sa porte, si nous ne pouvions pas nous aller promener. Je le lui promis ; pour elle, elle alla trouver son père. Le monde n’est pas prêt de finir, lui dit-il, sitôt qu’il la vit, comme elle me le dit le soir même. Vous pensiez donc, poursuivit-il, qu’un prêtre vous ferait gagner votre procès comme à votre mère ? Non, non, détrompez-vous, on n’a pas tous les jours des crises de dévotion. Ne vous mêlez pas de me faire faire des leçons, je suis trop vieux pour en prendre, je ne vous en fais point, moi. Je vous laisse gouverner à votre fantaisie, mais observez-vous si bien, que je n’aie point lieu de me plaindre de vous. J’avais résolu de vous empêcher de voir Des Ronais, cet amant si poli et si chéri ; mais j’ai changé de pensée ; cela ferait trop parler les gens. […] Pour lui et pour vous, gouvernez-vous si sagement, que le public et moi soyons contents de votre conduite. […] Il fallut donc me résoudre à quitter la partie, ou à filer le parfait amour en fidèle héros de roman jusques à sa mort, qui arriva environ dix-huit mois après.
    J’avais tous les sujets du monde de croire qu’on m’aimait. Toutes les faveurs qui n’étaient point criminelles m’étaient accordées ; tous les jours je la voyais ; nous allions même fort souvent nous promener ensemble ; j’étais bienvenu chez Du Puis qui me faisait mille amitiés, quoiqu’il se doutât bien, que s’il n’eût tenu qu’à moi, je l’aurais envoyé dans l’autre monde. » (Robert Challe, « Histoire de Monsieur Des Ronais et de Mademoiselle Du Puis », Les Illustres Françaises, éd. J. Cormier, Paris, Classiques Garnier, 2014, p.114-115).

     
  3. « Je mis un laquais en garde pour m’avertir les soirs lorsqu’elles seraient sur leur porte, non pas la mère que je ne cherchais pas, mais son aimable fille, avec ses sœurs. J’y allai fort souvent ; et quelquefois nous allions nous promener sur les boulevards, ou dans les marais ; mais je n’y eus avec sa fille ni entretien particulier, ni tête-à-tête. » (Robert Challe, « Histoire de Monsieur Des Prez et de Mademoiselle de l’Epine », Les Illustres Françaises, éd. J. Cormier, Paris, Classiques Garnier, 2014, p.279). 

  4. « La civilité voulaitque je restasse quelque temps sans la voir : je voulus y satisfaire, et ne le pus pas. Dès le soir même je passai devant sa porte. Elle y était assise avec d’autres filles du voisinage ; mais sans aucun homme avec elles. Je ne fis que passer et repasser jusques à onze heures qu’elles se retirèrent. Le lendemain j’en fis autant, et je la vis avec plusieurs filles prendre le chemin des boulevards. » (Robert Challe, « Histoire de Des Frans et de Silvie », Les Illustres Françaises, éd. J. Cormier, Paris, Classiques Garnier, 2014, p.354).

Furetière

  1. « Entre tous ces amants dont la jeune ferveur adorait Lucrèce, se trouva un jeune marquis […]. Il avait vu Lucrèce dans cette église […]. D’abord qu’il la vit il en fut charmé, et quand elle sortit il commanda à son page de la suivre pour savoir qui elle était ; mais, devant que le page fût de retour, il avait déjà tout su d’un Suisse français qui chasse les chiens et loue les chaises dans l’église, et qui gagne plus à savoir les intrigues des femmes du quartier qu’à ses deux autres métiers ensemble. Une pièce blanche lui avait donc appris le nom, la demeure, la qualité de Lucrèce, celle de sa tante, ses exercices ordinaires et les noms de la plupart de ceux qui la fréquentaient ; enfin mille choses qu’en une maison privée on n’aurait découvertes qu’avec bien du temps ; ce qui fait juger que celles où on se gouverne de la sorte commencent à passer pour publiques. Il songea, comme il était assez discret, à chercher quelqu’un qui le pût introduire chez elle ; en tout cas, il se résolvait de se servir du prétexte du jeu, qui est le grand passe-partout pour avoir entrée dans de telles compagnies ; il n’eût besoin de l’une ni de l’autre, car dès le lendemain, passant en carrosse dans la rue de Lucrèce, il la vit de loin sur le pas de sa porte. L’impatience qu’elle avait de voir que personne n’était encore venu l’y avait portée, et dès qu’elle entendit le bruit d’un carrosse, elle tourna la tête de ce côté-là, pensant que c’était quelqu’un qui venait chez elle. Le marquis se mit à la portière pour la saluer et tâcher à nouer conversation.
    Voici une malheureuse occasion qui lui fut favorable : un petit valet de maquignon poussait à toute bride un cheval qu’il piquait avec un éperon rouillé, attaché à son soulier gauche ; et comme la rue était étroite et le ruisseau large, il couvrit de boue le carrosse, le marquis et la demoiselle. Le marquis […] descendit, tout crotté qu’il était, pour consoler Lucrèce et lui dit en l’abordant : « Mademoiselle, j’ai été puni de ma témérité de vous avoir voulu voir de trop près ; mais je ne suis pas si fâché de me voir en cet état que je le suis de vous voir partager avec moi ce vilain présent ». » (Furetière, Le Roman bourgeois, éd. M. Roy-Garibal, Paris, Flammarion (GF), 2001 [1981], p.101-102).


  2. «Lucrèce […] revint peu après avec d’autre linge et un autre habit, et ce ne fut pas un sujet de petite vanité pour une personne de sa sorte de montrer qu’elle avait plusieurs paires d’habits et de rapporter en si peu de temps un point de Sedan qui eût pu faire honte à un point de Gênes qu’elle venait de quitter. […] Tout ce qu’il pût faire, ce fut de se placer dans le coin de la salle le plus obscur et de se mettre encore contre le jour, afin de cacher ses plaies le mieux qu’il pourrait. […]
    Pour comble de malheurs, dès qu’il fut assis, il arriva chez Lucrèce plusieurs filles du voisinage, dont les unes étaient ses amies et les autres non : car elles allaient en cet endroit comme en un rendez-vous général de galants, et elles y allaient chercher un parti comme on irait au bureau d’adresse chercher un laquais ou un valet de chambre. Les unes se mirent à jouer avec de jeunes gens qui y étaient aussi fraîchement arrivés, les autres allèrent causer avec Lucrèce. » (Furetière, Le Roman bourgeois, éd. M. Roy-Garibal, Paris, Flammarion (GF), 2001 [1981], p.102-104).

Marivaux

  1. « Encore ! dis-je en moi-même : quelle persécution ! Tout le monde a donc la fureur de me ramener ! Car sur cet article-là je n’avais pas l’esprit bien fait ; et ce qui me frappa d’abord, ce fut, comme avec Valville, l’affront d’être reconduite à cette malheureuse boutique.
    Cette dame qui parlait de femme, de laquais, dont elle s’imaginait que je devais être suivie, après cette opinion fastueuse de mon état, qu’aurait-elle trouvé ? Marianne. Le beau dénoûment ! Et quelle Marianne encore ? Une petite friponne en liaison avec M. de Climal, c’est-à-dire avec un franc hypocrite.
    Car quel autre nom eût pu espérer cet homme de bien ? Je vous le demande. Que serait devenue la bonne odeur de sa vie, lui qui avait nié de me connaître, et moi-même qui m’étais prêtée à son imposture ? N’aurais-je pas été une jolie mignonne avec mes grâces, si Mme Dutour et Toinon s’étaient trouvées sur le pas de leur porte, comme elles en avaient volontiers la coutume, et nous eussent dit : Ah ! c’est donc vous, monsieur ? Eh ! d’où venez-vous, Marianne ? comme assurément elles n’y auraient pas manqué.
    Oh ! voilà ce qui devait me faire trembler, et non pas ma boutique ; c’était là le véritable opprobre qui méritait mon attention. » (Marivaux, La Vie de Marianne, éd. F. Deloffre, Paris, Classiques Garnier, 1990 [1957], 2e partie, p.86)


  2. « Ce fut dans cet état que j’arrivai chez Mme Dutour. Elle était assise à l’entrée de sa boutique, qui s’impatientait à m’attendre, parce que son dîner était prêt.
    Je l’aperçus de loin qui me regardait dans le carrosse où j’étais, et qui m’y voyait, non comme Marianne, mais comme une personne qui lui ressemblait tant, qu’elle en était surprise ; et mon carrosse était déjà arrêté à la porte, qu’elle ne s’avisait pas encore de croire que ce fût moi (c’est qu’à son compte je ne devais arriver qu’à pied).
    À la fin pourtant il fallut bien me reconnaître. Ah ! ah ! Marianne, eh ! c’est vous, s’écria-t-elle. Eh ! pourquoi donc en fiacre ? Est-ce que vous venez de si loin ? Non, madame, lui dis-je ; mais je me suis blessée en tombant, et il m’était impossible de marcher ; je vous conterai mon accident quand je serai rentrée. Ayez à présent la bonté de m’aider avec le cocher à descendre.
    Le cocher ouvrait la portière pendant que je parlais. Allez, allez, me dit-il, arrivez ; ne vous embarrassez pas, mademoiselle ; pardi ! je vous descendrai bien tout seul. Un bel enfant comme vous, qu’est-ce que cela pèse ? C’est le plaisir. Venez, venez, jetez-vous hardiment : je vous porterais encore plus loin que vous n’iriez sur vos jambes.
    En effet, il me prit entre ses bras, et me transporta comme une plume jusqu’à la boutique, où je m’assis tout d’un coup. » (Marivaux, La Vie de Marianne, éd. F. Deloffre, Paris, Classiques Garnier, 1990 [1957], 2e partie, p.90-91).


  3. « Le bruit qu’ils faisaient attirait du monde ; on s’arrêtait devant la boutique. Me laisseras-tu ? lui disait Mme Dutour, qui disputait toujours son aune contre le cocher. Levez-vous donc, Marianne ; appelez M. Ricard. Monsieur Ricard ! criait-elle tout de suite elle-même ; et c’était notre hôte qui logeait au second, et qui n’y était pas. Elle s’en douta. Messieurs, dit-elle, en apostrophant la foule qui s’était arrêtée devant la porte, je vous prends tous à témoin ; vous voyez ce qui en est, il m’a battue (cela n’était pas vrai) ; je suis maltraitée. Une femme d’honneur comme moi ! Eh vite ! eh vite !, allez chez le commissaire ; il me connaît bien, c’est moi qui le fournis ; on n’a qu’à lui dire que c’est chez Mme Dutour. Courez-y, madame Cathos, courez-y, ma mie, criait-elle à une servante du voisinage ; le tout avec une cornette que les secousses que le cocher donnait à ses bras avaient rangée de travers.
    Elle avait beau crier, personne ne bougeait, ni messieurs, ni Cathos.
    Le peuple, à Paris, n’est pas comme ailleurs en d’autres endroits, vous le verrez quelquefois commencer par être méchant, et puis finit par être humain. Se querelle-t-on, il excite, il anime ; veut-on se battre, il sépare. […] 
    [Marianne finit par donner ses vingt sols au cocher] Il les prit sur-le-champ, secoua l’aune entre les mains de Mme Dutour assez violemment pour l’en arracher, la jeta dans son arrière-boutique, enfonça son chapeau en me disant : grand merci, mignonne ; sortit de là, et traversa la foule qui s’ouvrit alors, tant pour le laisser sortir que pour livrer passage à Mme Dutour, qui voulait courir après lui, que j’en empêchai, et qui me disait que, jour de Dieu ! je n’étais qu’une petite sotte. Vous voyez bien ces vingt sols-là, Marianne, je ne vous les pardonnerai jamais, ni à la vie, ni à la mort : ne m’arrêtez pas, car je vous battrais. Vous êtes encore bien plaisante, avec vos vingt sols, pendant que c’est votre argent que j’épargne ! Et mes douze sols, s’il vous plaît, qui est-ce qui me les rendra ? (Car l’intérêt chez Mme Dutour ne s’étourdissait de rien). Les emporte-t-il aussi, mademoiselle ? Il fallait donc lui donner toute la boutique.
    Eh ! madame, lui dis-je, votre monnaie est à terre, et je vous la rendrai, si on ne la trouve pas ; ce que je disais en fermant la porte d’une main, pendant que je tenais Mme Dutour de l’autre. » (Marivaux, La Vie de Marianne, éd. F. Deloffre, Paris, Classiques Garnier, 1990 [1957], 2e partie, p.94-97)

Rétif de la Bretonne

  1. « Sur les 4 heures du soir, un jeudi, je traversais la rue Montorgueil, pour enfiler celle de la Comédie-Italienne. […] Une multitude de chars brillants, qui touchaient à peine le pavé, roulant avec fracas, éclaboussaient les filles sages, les hommes à talents et le reste de cette populace utile, dont (heureusement pour elle !) on ne saurait se passer. Moi, pauvre hère, héritier du cynisme de Mèzeray (mais non de son avarice), crotté jusqu’à l’échine, je me garai sur la porte d’une marchande de modes. Ma figure, hétéroclitement parée, excita dans un essaim de jeunes filles qui la remplissaient, ce rire inextinguible des dieux d’Homère. Je me retournai sans courroux (car j’ai la modestie de me croire ridicule). Je voulais regarder toutes ces jolies rieuses ; je n’en vis qu’une, et mon cœur en tressaille encore. […]
    L’épouvantable vacarme des carrosses commençait à cesser ; les rues devenaient libres, et je restais immobile. Une des compagnes de la belle aux souliers roses me donna son attention. J’entendis qu’elle disait : « Ah, Fanchette, comme il te regarde ! » […]
    [J’] allais m’éloigner, lorsque je fus abordé par un vieillard de ma connaissance, que j’avais perdu de vue depuis longtemps. Il me reconnut, et me pressa d’entrer avec lui chez la marchande. »  (Rétif de la Bretonne, Le Pied de Fanchette, Le Pied de Fanchette, Le Paysan Perverti, Les Contemporaines du Commun, éd. Pierre Testud, Paris, Robert Laffont (Bouquins), 2002, p.18-19)

Estampe de l’édition de 1800 du Pied de Fanchette, sur laquelle se fonde l’édition Testud citée précédemment (L’estampe est absente des éditions précédentes). L’explication de l’estampe figure en regard de la page de titre, et l’estampe au verso : « Fanchette chez la marchande de modes du coin des rues Tiquetonne et Montmartre. On la pare. Elle est en corset, et en jupon court ; la gorge haute et découverte. On voit sa jambe à demi ; son pied, à talons élevés et minces, est parfaitement vu par un homme en dehors, coiffé à la Charolais, garé sur la porte, à cause des voitures, et qui admire […] ». Merci à Pierre Testud de nous avoir fourni la numérisation de ce document précieux.

Bibliographie

Cette bibliographie est en cours d’élaboration et est amenée à être complétée.

Éléments de bibliographie sur la porte au XVIIIe siècle

  • Sur l’agencement des intérieurs au XVIIIe siècle, l’art de la distribution des pièces, des boudoirs, cabinets, nouveaux lieux de l’intime, dont les portes peuvent être verrouillées, forcées, ou laissées entrouvertes en littérature, voir notamment :
    • Michel Delon, « L’espace de la séduction », Littérature et séduction. Mélanges en l’honneur de Laurent Versini , éd. Roger Marchal et François Moureau, Paris, Klincksieck, 1977, p. 377-386. L’article étudie entre autres les liens entre les changements de la distribution en architecture et les décors du roman libertin : le cabinet par exemple tantôt intégré dans une enfilade de pièces, un itinéraire intérieur, tantôt présent comme un double-fond. Voir également du même : « Le roman érotique et son illustration au XVIIIe siècle. De part et d’autre de la cloison », Fragonard amoureux, galant et libertin, dir. Guillaume Faroult, Paris, RMN, 2015, p. 49-55.
    • Henri Lafon, Espaces romanesques du XVIIIe siècle, 1670-1820, Paris, PUF, 1997 Dans la section sur les trajectoires du désir (p.34-38), il est question de portes et de serrures, la porte étant un signe de contiguïté et un enjeu de conquête. Cette idée apparaissait déjà dans Les décors et les choses cité ci-dessous, où la porte est à la fois évoquée au sujet de la conquête amoureuse (dans des jeux de cache-cache ou des intrusions brutales p.262-263) et de conquête sociale (p.307).
    • Fabrice Moulin, Embellir, bâtir, demeurer : l’architecture dans la littérature des Lumières, Paris, Classiques Garnier, 2017 . Dans le chapitre “Architectures du désir”, la partie “Satisfaire le désir : les issues du roman” porte sur les portes secrètes et escaliers dérobés, comme potentialités romanesques du changement dans la disposition des pièces. Il est également question des portes secrètes comme outil de domination du système libertin dans le chapitre « Du désir à la contrainte : des architectures sous surveillance ». Signalons également le passage consacré à la disposition harmonieuse des pièces à Clarens, opérée par la modification des emplacements des portes, p.317.
    • Ian Watt, The Rise of the Novel : Studies in Defoe, Richardson and Fielding, Berkeley, University of California Press, 1957, p.187-191. Dans le chapitre consacré à Pamela, ou la Vertu récompensée, Ian Watt souligne le rôle de la disposition des maisons du dans l’intrigue et notamment la présence du cabinet, et de sa porte que l’on ferme à clé.
  • Pour une approche historique, architecturale et décorative de ces changements d’agencement, voir notamment : 
    • Youri Carbonnier, Maisons parisiennes des Lumières, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, coll. « Roland Mousnier », 2006.
    • Vincent Droguet, « Le couloir central dans la distribution : son apparition et son
      développement au XVIIIe siècle », Bulletin Monumental, tome 160, n°4, 2002. p. 379-389.
    • Monique Eleb-Vidal, avec Anne Debard-Blanchard, Architectures de la vie privée : maisons et mentalités, XVIIe-XVIIIe siècles, Bruxelles, Archives d’Architecture moderne, 1989.
    •  Alexia Lebeurre, « Le succès du boudoir au XVIIIe siècle ou les prestiges de l’intime », Corrélations : les objets du décor au siècle des Lumières, dir. Anne Perrin-Khelissa, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2015, p. 221-234.
    • Katie Scott, The Rococo Interior. Decoration and Social Spaces in Early Eighteenth-Century, Paris, New Haven & London, Yale University Press, 1995, en particulier le chapitre IV « The languages of Estates and the Logic of Decoration ».
    • Anthony Vidler, L’Espace des Lumières. Architecture et philosophie de Ledoux à Fourier, Paris, Picard, coll. « Villes et sociétés », 1995.
  • Sur la porte et sa fonction de surprise, de symbole et de mystère, voir notamment :
    • Henri Lafon, Les Décors et les choses dans le roman français du XVIIIe siècle de Prévost à Sade, Oxford, Voltaire Foundation, 1992. Selon Henri Lafon, “la fonction traditionnelle” des portes est “d’être mal fermées” (p.27) : elles permettent l’évasion (p.23), l’espionnage (p.79), l’effraction (p.95-96)… La fonction de surprise est aussi dans la découverte de l’espace ; notamment dans les lieux où la façade contraste fortement avec l’intérieur (p.40, « le motif de l’entrée »).
    • Claude Reichler, « Portes du gynécée », Versants, « Littérature et secret », n° 2, hiver 1981-1982, p. 87-103 (en ligne : https://serval.unil.ch/resource/serval:BIB_34871.P001/REF).
  • Sur la porte comme clôture : étonnamment, la mise en scène de l’enfermement ne fait pas si souvent figurer de porte. Si l’on s’appuie par exemple sur le site de la SATOR, aucun des mille et quelques topoï référencés ne contient le mot “porte”, et dans la dizaine d’entrées sur “enfermer” ou “emprisonner”, la plupart des extraits n’explicitent pas la présence d’une porte.
  • Sur la porte comme effet d’encadrement ou d’obstacle : Christophe Martin, dans son étude sur les Espaces du féminin dans le roman français du XVIIIe siècle (Oxford, Voltaire Foundation, 2004), souligne la fonction de la grille comme moyen d’exposition du corps féminin, « renforçant tout au plus l’idée d’interdit et exacerbant du même coup le désir » (p. 40). Quand la porte est associée à un obstacle (à franchir pour accéder à la satisfaction du plaisir dans Thermidore, ou au contraire, à respecter comme barrière salutaire pour résister au désir dans Les Illustres Françaises), elle demeure un « signe que l’interdit continue de peser dans la littérature libertine » (p. 42).

  • Sur les portes dans la ville, architecture et usages symboliques :
    • Christine Lamarre, « Les portes de villes à la fin du XVIIIe siècle, crise de l’architecture et crise du symbole », Entrer en ville [en ligne], Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006 . Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/pur/7880>
    • Sophie Lefay, L’Éloquence des pierres : Usages littéraires de l’inscription au XVIIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2015. Notamment dans les chapitres “Accomplir” et “Eterniser”, il est à plusieurs question des portes comme support : au sujet de la pratique de l’épigraphe commémorative sur les portes de la ville, des enseignes des marchands, des épigraphes d’avertissement à l’entrée d’espaces allégoriques…

  • Sur la présence des portes dans les illustrations :
    • Christophe Martin, « Dangereux suppléments ». L’Illustration du roman en France au dix-huitième siècle, Louvain, Peeters, 2005, en particulier le chapitre VI « Effraction », dont le principe repose souvent sur des « particularités du décor » (p. 105-116).
    • Philip Stewart, Engraven Desire. Eros, Image & Text in the French Eighteenth Century, Durham et Londres, Duke University Press, 1992.
    • Benoît Tane, « Avec figures… » : Roman et illustration au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2014, notamment p.86-87.

 

Vers d’autres seuils…

  • Le thème de la porte au-delà de la littérature française du XVIIIe siècle

Le thème de la porte a déjà fait l’objet de plusieurs manifestations scientifiques au sein des études littéraires. Mais elle apparaît soit comme élément architectural uniquement, sans qu’il soit question d’une éventuelle transposition fictionnelle, soit dans un sens symbolique très large de seuil. L’articulation des enjeux architecturaux (distribution des intérieurs), sociétaux (distinction entre espace privé et espace public) et littéraires (l’essor du genre romanesque et l’importance des espaces de l’intime dans sa construction) est en effet très spécifique au XVIIIe siècle. C’est ce que nous avons voulu mettre en avant en structurant cette journée autour des liens entre l’architecture et la littérature.

Nous éveillons cependant l’attention sur ce colloque de littérature espagnole :

Parmi les autres publications et manifestations sur les portes, quoi que plus éloignées de notre sujet, nous pouvons signaler : 

  • D’une ouverture l’autre : la fenêtre
    • Andrea del Lungo, La Fenêtre. Sémiologie et histoire de la représentation littéraire, Paris, Le Seuil, 2014
    • Jean Starobinski, « Fenêtres (De Rousseau à Baudelaire) », L’Idée de la ville, sous la
      direction de François Guéry, Seyssel, Champ Vallon, 1984, p. 179-187.

Éléments de bibliographie générale

  • Sur les portes, leur histoire, leurs symboles : 
    • Georges Banu, La Porte au cœur de l’intime, Paris, Arléa, 2015, p. 71 en particulier.
    • Pascal Dibie, Ethnologie de la porte : des passages et des seuils, Paris, Métailié, 2012.
    • Georges Dumézil, « Portes et fonctions » [1985], Esquisses de mythologie, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2003, p. 563-570.
    • Georg Simmel, « Pont et porte » (traduit de l’allemand par Sabine Cornille et Philippe Ivernel), La Tragédie de la culture, Paris, Rivages, 1988.
  • Sur les liens entre littérature, architecture et espace :  
    • Bachelard, La Poétique de l’espace, Paris, Presses universitaires de France, 1957. L’objet porte est évoqué p. 200-201.
    • Philippe Hamon, Expositions : littérature et architecture au XIXe siècle, Paris, José Corti, 1989. Il est dans cette vaste étude question des portes dans la typologie établie des objets architecturaux en littérature.
    • G. Simmel, « Pont et porte », trad. de S. Cornille et P. Ivernel,  La Tragédie de la culture, Paris, Rivages, 1988, p. 159-166. Simmel montre ici que, contrairement au pont qui est un lieu qui relie deux rives jusqu’alors étrangères l’une à l’autre, la porte constitue une frontière, qui permet l’interaction entre le dehors et le dedans. Cette clôture, qui construit l’intimité en amputant l’être d’une part de sa dimension naturelle, lui offre en même temps les conditions de sa liberté par la possibilité de dépasser cette limite. Simmel souligne ainsi l’idée que la séparation est une étape consubstantielle à tout geste de liaison.

    • Le séminaire « Espaces – Ecritures – Architectures » de l’Université de Paris-Nanterre et ses publications.

Galerie

Cette galerie est en cours d’élaboration et est amenée à être complétée après la Journée d’étude.

Peinture
Pour des questions de droits, nous renvoyons par des liens aux peintures mentionnées.

Illustration
Quelques exemples de gravures et de séries illustratives mettant en avant les portes…

  • Louis Binet (1744-1800)
    • Illustration du Paysan perverti, Rétif de la Bretonne, La Haye, Paris, Esprit,
      1776.

« Arrivée d’Edmond le Paysan et de son frère Georget dans la ville de Au** », t. I, en regard, p. 7

« Edmond découvre les amours adultères de Manon et Monsieur Parangon », Lettre XII, t. I, en regard p. 46

« Madame Parangon offre une montre en or à Edmond », Lettre XVII, t. I, en regard p. 75

« Edmond essaie de consoler Edmée après lui avoir appris qu’il ne l’épouserait pas », Lettre LXXX, t. II, en regard p. 85

« Plaisanterie de libertins », Lettre CXII, t. II, en regard p. 266

« Edmond dessinant à leur insu Ursule et Fanchette sortant du bain », t. II, Lettre CXV, en regard p. 272

« Edmond dupe d’un tour de passe-passe galant entre la marquise et sa femme de chambre », t. II, Lettre CXXIV, en regard p. 309

« Edmond dans un bordel, à la lumière apportée par la macquerelle, s’aperçoit horrifié qu’il a affaire avec Ursule », Lettre CXLVI, t. III, en regard p. 62

« Edmond dupe la fille d’un gros marchand en se faisant passer pour le prétendant de celle-ci », Lettre CLI, t. III, en regard p. 90

« Edmond profite de l’obscurité pour se faire passer auprès d’une jeune femme pour son amant. Ils sont surpris par le vrai amant, un abbé », Lettre CLXIII, t. III, en regard p. 147

« Edmond assassine Ursule », Lettre CCXXII, t. IV, en regard p. 67

  • Charles Eisen (1720-1778)
    • Illustration des Contes et nouvelles en vers, La Fontaine, Amsterdam [Paris, Barbou], 1762

« Le calendrier des vieillards »

« Les Rémois »

    • Illustration du Recueil de contes et poèmes, Dorat, La Haye, Paris, Delalain, 1776

« Alphonse ou l’alcide espagnol », en regard p. 33

  • Hubert Gravelot (1699-1773)
    • Illustration de Tom Jones, H. Fielding, traduction en Français, Londres [Paris], chez J. Nourse, 1750.

« L’interruption de l’hôte », XI, 4, t. II, en regard p. 241

« Anderson s’évanouit en reconnaissant Tom Jones », XIII, 10, t. III, en regard p. 82

« Lady Bellaston trouve Tom Jones avec Sophie », XIII, 11, t. III, en regard p. 97

« Western épie le dîner de Sophie », XVI, 2, t. IV, en regard p. 18
Fait intéressant, le texte ne précise pas que Western surveille la scène et qu’il surprend la découverte de la lettre d’amour cachée dans le poulet ; au contraire, il est censé attendre à la porte son garde-chasse.

« Western surprend Sophie évanouie dans les bras de Jones », VI, 4, t. I, en regard p. 238

 

  • Jean-Michel Moreau (Moreau le Jeune) (1741-1814)
    • Illustration de La Nouvelle Héloïse, J.-J. Rousseau, Œuvres complètes de Jean-Jacques Rousseau, Londres, [s.n.], 1774-1776.

« Saint-Preux provoque Édouard en duel », IIe partie, Lettre X

« Saint-Preux infidèle », IIe partie, Lettre 26

« Saint-Preux accueilli à Clarens », IV partie, Lettre 6

« Retour imprévu de Claire à Clarens », Ve partie, Lettre 6

  • Jacob van der Schley (1715-1779)
    • Illustration de La Vie de Marianne, Marivaux, La Haye, Néaulme, 1736-1742.

« Climal aux pieds de Marianne », IIIe partie

« Valville et Marianne au parloir », IVe partie

 
 

 

Emilien Rouvier : « Trois amants dans le placard : bienséance théâtrale et désir féminin chez Sedaine et Beaumarchais »

Emilien Rouvier prépare un doctorat à l’Université de Trieste (Italie), en cotutelle avec l’Université Paris III, autour de la traduction de l’opéra français en Italie au XIXe siècle. Ses travaux portent également sur le théâtre français et italien du XVIIIe siècle ; son mémoire de master portait ainsi sur l’autotraduction du Bourru bienfaisant de Goldoni.


Enregistrement de la communication lors de la journée d’études en visioconférence :

Fabrice Moulin : « Effrayer la pensée et préparer l’avenir : les enjeux esthétiques et philosophiques de la porte de la Saline de Chaux dans L’Architecture de Claude-Nicolas Ledoux »

Fabrice Moulin est maître de conférences en littérature française du XVIIIe siècle à l’université Paris-Nanterre. Spécialiste des liens entre littérature et esthétique, ses recherches portent en particulier sur les représentations littéraires de l’architecture au XVIIIe siècle ; il a notamment fait paraître en 2017 l’ouvrage Embellir, bâtir, demeurer. L’architecture dans la littérature des Lumières. Il co-organise par ailleurs le séminaire « Espaces, écritures, architectures » associant l’Université Paris Nanterre et l’ENSA Paris-Malaquais.

Enregistrement de la communication lors de la journée d’études en visioconférence (temps de questions commun avec Antoinette Nort) :

Power Point – Support de la communication lors de la journée d’études en visioconférence :