Archives de catégorie : La porte et la mécanique narrative dans la fiction

La porte et la mécanique narrative dans la fiction littéraire et visuelle

Cette page accueille les enregistrements et les documents relatifs aux communications de l’après-midi du 23 janvier.

Louis Binet, Illustration du Paysan perverti, Rétif de la Bretonne, 1766, lettre XII (voir ici)

Après-midi : La porte et la mécanique narrative dans la fiction littéraire et visuelle

Présidence : Fabrice Moulin

Brigitte Friant-Kessler : « Entrer par la porte dans la satire graphique britannique (William Hogarth et James Gillray) »

Morgane Muscat : « Le pas de la porte : un lieu de sociabilité oublié »

Présidence : Manon Courbin

Emilien Rouvier : « Deux amants dans le placard »

Michel Bernard : « Les Liaisons dangereuses ou le gond bien huilé »

Clôture – Refermer la porte
Floriane Daguisé, Fragonard entre deux battants

Brigitte Friant-Kessler : « La caricature sur le pas de la porte. Représentations sociales, culturelles et politiques du pas de porte dans la satire graphique britannique de l’ère georgienne »

Brigitte Friant-Kessler est maîtresse de conférences en études anglaises au sein de l’Université Polytechnique des Hauts de France, à Valenciennes. Ses recherches sont consacrées à l’intermédialité, à l’interartialité et aux arts graphiques. Elle s’intéresse en particulier aux romans graphiques et aux adaptations visuelles d’œuvres classiques. Parallèlement, elle réfléchit à la caricature, à la satire graphique et aux mécanismes de l’humour qui s’y déploient.

Enregistrement de la communication lors de la journée d’études en visioconférence :

Morgane Muscat : « Le pas de la porte : un lieu de sociabilité oublié »

Doctorante à Sorbonne Université, Morgane Muscat travaille sur la représentation de Paris dans les fictions romanesques de la fin du XVIIe à la fin du XVIIIe siècle (particulièrement les œuvres de Challe, Marivaux, Mouhy, et Rétif de la Bretonne). Le titre de sa thèse est : « La forme d’une ville : la représentation de Paris dans la fiction narrative (1650-1789) ».

Enregistrement de la communication lors de la journée d’études en visioconférence :

 L’article issu de cette communication a été publié sur HAL et est disponible ici.

Citations

Corneille

  1. « Célidée et Hippolyte sont deux voisines, dont les demeures ne sont séparées que par le travers d’une rue, et ne sont pas d’une condition trop élevée pour souffrir que leurs Amants les entretiennent à leur porte. Il est vrai que ce qu’elles y disent serait mieux dit dans une chambre ou dans une Salle. Ce n’est que pour se faire voir aux Spectateurs qu’elles quittent cette porte où elles devraient être retranchées, et viennent parler au milieu de la Scène ; mais c’est un accommodement de Théâtre qu’il faut souffrir, pour trouver cette rigoureuse unité de lieu qu’exigent les grands Réguliers. » (Pierre Corneille, La Galerie du Palais ou L’Amie rivale, Examen de 1660, Théâtre I, éd. C. Carlin, J. De Guardia, L. Picciola et M. Vuillermoz, Paris, Classiques Garnier, 2014, p.758)

 

  1. « Malgré cet abus introduit par la nécessité, et légitimé par l’usage, de faire dire dans la rue à nos Amantes de Comédie ce que vraisemblablement elles diraient dans leur chambre, je n’ai osé y placer Angélique durant la réflexion douloureuse qu’elle fait sur la promptitude, et l’imprudence de ses ressentiments, qui la font consentir à épouser l’objet de sa haine. J’ai mieux aimé rompre la liaison des Scènes, et l’unité de lieu qui se trouve assez exacte en ce Poème, à cela près, afin de la faire soupirer dans son cabinet avec plus de bienséance pour elle, et plus de sûreté pour l’entretien d’Alidor. Phylis qui le voit sortir de chez elle, en aurait trop vu si elle les avait aperçus tous deux sur le Théâtre ; et au lieu du soupçon de quelque intelligence renouée entre eux, qui la porte à l’observer durant le bal, elle aurait eu sujet d’en prendre une entière certitude, et d’y donner un ordre, qui eût rompu tout le nouveau dessein d’Alidor et l’intrique de la Pièce. » (Pierre Corneille, La Place Royale ou l’Amoureux Extravagant, Examen de 1660, Théâtre II, éd. J. De Guardia, L. Picciola, F. Dobby-Poirson, L. Rescia, Paris, Classiques Garnier, 2017, p.188-189).

Challe

  1. « Il envoya chercher une chaise à porteurs, y ayant fort longtemps qu’il ne se servait plus du carrosse qui n’était plus qu’à sa fille ; et malgré tout ce qu’elle et moi lui pûmes dire, il sortit, quoiqu’il y eût plus de six mois qu’il n’eût pas vu le pas de sa porte, ayant même la permission de faire dire la messe chez lui. » (Robert Challe, « Histoire de Monsieur Des Ronais et de Mademoiselle Du Puis », Les Illustres Françaises, éd. J. Cormier, Paris, Classiques Garnier, 2014, p.130). 


  2. « Elle me dit de venir la voir dès le soir même, et que nous passerions la soirée sur sa porte, si nous ne pouvions pas nous aller promener. Je le lui promis ; pour elle, elle alla trouver son père. Le monde n’est pas prêt de finir, lui dit-il, sitôt qu’il la vit, comme elle me le dit le soir même. Vous pensiez donc, poursuivit-il, qu’un prêtre vous ferait gagner votre procès comme à votre mère ? Non, non, détrompez-vous, on n’a pas tous les jours des crises de dévotion. Ne vous mêlez pas de me faire faire des leçons, je suis trop vieux pour en prendre, je ne vous en fais point, moi. Je vous laisse gouverner à votre fantaisie, mais observez-vous si bien, que je n’aie point lieu de me plaindre de vous. J’avais résolu de vous empêcher de voir Des Ronais, cet amant si poli et si chéri ; mais j’ai changé de pensée ; cela ferait trop parler les gens. […] Pour lui et pour vous, gouvernez-vous si sagement, que le public et moi soyons contents de votre conduite. […] Il fallut donc me résoudre à quitter la partie, ou à filer le parfait amour en fidèle héros de roman jusques à sa mort, qui arriva environ dix-huit mois après.
    J’avais tous les sujets du monde de croire qu’on m’aimait. Toutes les faveurs qui n’étaient point criminelles m’étaient accordées ; tous les jours je la voyais ; nous allions même fort souvent nous promener ensemble ; j’étais bienvenu chez Du Puis qui me faisait mille amitiés, quoiqu’il se doutât bien, que s’il n’eût tenu qu’à moi, je l’aurais envoyé dans l’autre monde. » (Robert Challe, « Histoire de Monsieur Des Ronais et de Mademoiselle Du Puis », Les Illustres Françaises, éd. J. Cormier, Paris, Classiques Garnier, 2014, p.114-115).

     
  3. « Je mis un laquais en garde pour m’avertir les soirs lorsqu’elles seraient sur leur porte, non pas la mère que je ne cherchais pas, mais son aimable fille, avec ses sœurs. J’y allai fort souvent ; et quelquefois nous allions nous promener sur les boulevards, ou dans les marais ; mais je n’y eus avec sa fille ni entretien particulier, ni tête-à-tête. » (Robert Challe, « Histoire de Monsieur Des Prez et de Mademoiselle de l’Epine », Les Illustres Françaises, éd. J. Cormier, Paris, Classiques Garnier, 2014, p.279). 

  4. « La civilité voulaitque je restasse quelque temps sans la voir : je voulus y satisfaire, et ne le pus pas. Dès le soir même je passai devant sa porte. Elle y était assise avec d’autres filles du voisinage ; mais sans aucun homme avec elles. Je ne fis que passer et repasser jusques à onze heures qu’elles se retirèrent. Le lendemain j’en fis autant, et je la vis avec plusieurs filles prendre le chemin des boulevards. » (Robert Challe, « Histoire de Des Frans et de Silvie », Les Illustres Françaises, éd. J. Cormier, Paris, Classiques Garnier, 2014, p.354).

Furetière

  1. « Entre tous ces amants dont la jeune ferveur adorait Lucrèce, se trouva un jeune marquis […]. Il avait vu Lucrèce dans cette église […]. D’abord qu’il la vit il en fut charmé, et quand elle sortit il commanda à son page de la suivre pour savoir qui elle était ; mais, devant que le page fût de retour, il avait déjà tout su d’un Suisse français qui chasse les chiens et loue les chaises dans l’église, et qui gagne plus à savoir les intrigues des femmes du quartier qu’à ses deux autres métiers ensemble. Une pièce blanche lui avait donc appris le nom, la demeure, la qualité de Lucrèce, celle de sa tante, ses exercices ordinaires et les noms de la plupart de ceux qui la fréquentaient ; enfin mille choses qu’en une maison privée on n’aurait découvertes qu’avec bien du temps ; ce qui fait juger que celles où on se gouverne de la sorte commencent à passer pour publiques. Il songea, comme il était assez discret, à chercher quelqu’un qui le pût introduire chez elle ; en tout cas, il se résolvait de se servir du prétexte du jeu, qui est le grand passe-partout pour avoir entrée dans de telles compagnies ; il n’eût besoin de l’une ni de l’autre, car dès le lendemain, passant en carrosse dans la rue de Lucrèce, il la vit de loin sur le pas de sa porte. L’impatience qu’elle avait de voir que personne n’était encore venu l’y avait portée, et dès qu’elle entendit le bruit d’un carrosse, elle tourna la tête de ce côté-là, pensant que c’était quelqu’un qui venait chez elle. Le marquis se mit à la portière pour la saluer et tâcher à nouer conversation.
    Voici une malheureuse occasion qui lui fut favorable : un petit valet de maquignon poussait à toute bride un cheval qu’il piquait avec un éperon rouillé, attaché à son soulier gauche ; et comme la rue était étroite et le ruisseau large, il couvrit de boue le carrosse, le marquis et la demoiselle. Le marquis […] descendit, tout crotté qu’il était, pour consoler Lucrèce et lui dit en l’abordant : « Mademoiselle, j’ai été puni de ma témérité de vous avoir voulu voir de trop près ; mais je ne suis pas si fâché de me voir en cet état que je le suis de vous voir partager avec moi ce vilain présent ». » (Furetière, Le Roman bourgeois, éd. M. Roy-Garibal, Paris, Flammarion (GF), 2001 [1981], p.101-102).


  2. «Lucrèce […] revint peu après avec d’autre linge et un autre habit, et ce ne fut pas un sujet de petite vanité pour une personne de sa sorte de montrer qu’elle avait plusieurs paires d’habits et de rapporter en si peu de temps un point de Sedan qui eût pu faire honte à un point de Gênes qu’elle venait de quitter. […] Tout ce qu’il pût faire, ce fut de se placer dans le coin de la salle le plus obscur et de se mettre encore contre le jour, afin de cacher ses plaies le mieux qu’il pourrait. […]
    Pour comble de malheurs, dès qu’il fut assis, il arriva chez Lucrèce plusieurs filles du voisinage, dont les unes étaient ses amies et les autres non : car elles allaient en cet endroit comme en un rendez-vous général de galants, et elles y allaient chercher un parti comme on irait au bureau d’adresse chercher un laquais ou un valet de chambre. Les unes se mirent à jouer avec de jeunes gens qui y étaient aussi fraîchement arrivés, les autres allèrent causer avec Lucrèce. » (Furetière, Le Roman bourgeois, éd. M. Roy-Garibal, Paris, Flammarion (GF), 2001 [1981], p.102-104).

Marivaux

  1. « Encore ! dis-je en moi-même : quelle persécution ! Tout le monde a donc la fureur de me ramener ! Car sur cet article-là je n’avais pas l’esprit bien fait ; et ce qui me frappa d’abord, ce fut, comme avec Valville, l’affront d’être reconduite à cette malheureuse boutique.
    Cette dame qui parlait de femme, de laquais, dont elle s’imaginait que je devais être suivie, après cette opinion fastueuse de mon état, qu’aurait-elle trouvé ? Marianne. Le beau dénoûment ! Et quelle Marianne encore ? Une petite friponne en liaison avec M. de Climal, c’est-à-dire avec un franc hypocrite.
    Car quel autre nom eût pu espérer cet homme de bien ? Je vous le demande. Que serait devenue la bonne odeur de sa vie, lui qui avait nié de me connaître, et moi-même qui m’étais prêtée à son imposture ? N’aurais-je pas été une jolie mignonne avec mes grâces, si Mme Dutour et Toinon s’étaient trouvées sur le pas de leur porte, comme elles en avaient volontiers la coutume, et nous eussent dit : Ah ! c’est donc vous, monsieur ? Eh ! d’où venez-vous, Marianne ? comme assurément elles n’y auraient pas manqué.
    Oh ! voilà ce qui devait me faire trembler, et non pas ma boutique ; c’était là le véritable opprobre qui méritait mon attention. » (Marivaux, La Vie de Marianne, éd. F. Deloffre, Paris, Classiques Garnier, 1990 [1957], 2e partie, p.86)


  2. « Ce fut dans cet état que j’arrivai chez Mme Dutour. Elle était assise à l’entrée de sa boutique, qui s’impatientait à m’attendre, parce que son dîner était prêt.
    Je l’aperçus de loin qui me regardait dans le carrosse où j’étais, et qui m’y voyait, non comme Marianne, mais comme une personne qui lui ressemblait tant, qu’elle en était surprise ; et mon carrosse était déjà arrêté à la porte, qu’elle ne s’avisait pas encore de croire que ce fût moi (c’est qu’à son compte je ne devais arriver qu’à pied).
    À la fin pourtant il fallut bien me reconnaître. Ah ! ah ! Marianne, eh ! c’est vous, s’écria-t-elle. Eh ! pourquoi donc en fiacre ? Est-ce que vous venez de si loin ? Non, madame, lui dis-je ; mais je me suis blessée en tombant, et il m’était impossible de marcher ; je vous conterai mon accident quand je serai rentrée. Ayez à présent la bonté de m’aider avec le cocher à descendre.
    Le cocher ouvrait la portière pendant que je parlais. Allez, allez, me dit-il, arrivez ; ne vous embarrassez pas, mademoiselle ; pardi ! je vous descendrai bien tout seul. Un bel enfant comme vous, qu’est-ce que cela pèse ? C’est le plaisir. Venez, venez, jetez-vous hardiment : je vous porterais encore plus loin que vous n’iriez sur vos jambes.
    En effet, il me prit entre ses bras, et me transporta comme une plume jusqu’à la boutique, où je m’assis tout d’un coup. » (Marivaux, La Vie de Marianne, éd. F. Deloffre, Paris, Classiques Garnier, 1990 [1957], 2e partie, p.90-91).


  3. « Le bruit qu’ils faisaient attirait du monde ; on s’arrêtait devant la boutique. Me laisseras-tu ? lui disait Mme Dutour, qui disputait toujours son aune contre le cocher. Levez-vous donc, Marianne ; appelez M. Ricard. Monsieur Ricard ! criait-elle tout de suite elle-même ; et c’était notre hôte qui logeait au second, et qui n’y était pas. Elle s’en douta. Messieurs, dit-elle, en apostrophant la foule qui s’était arrêtée devant la porte, je vous prends tous à témoin ; vous voyez ce qui en est, il m’a battue (cela n’était pas vrai) ; je suis maltraitée. Une femme d’honneur comme moi ! Eh vite ! eh vite !, allez chez le commissaire ; il me connaît bien, c’est moi qui le fournis ; on n’a qu’à lui dire que c’est chez Mme Dutour. Courez-y, madame Cathos, courez-y, ma mie, criait-elle à une servante du voisinage ; le tout avec une cornette que les secousses que le cocher donnait à ses bras avaient rangée de travers.
    Elle avait beau crier, personne ne bougeait, ni messieurs, ni Cathos.
    Le peuple, à Paris, n’est pas comme ailleurs en d’autres endroits, vous le verrez quelquefois commencer par être méchant, et puis finit par être humain. Se querelle-t-on, il excite, il anime ; veut-on se battre, il sépare. […] 
    [Marianne finit par donner ses vingt sols au cocher] Il les prit sur-le-champ, secoua l’aune entre les mains de Mme Dutour assez violemment pour l’en arracher, la jeta dans son arrière-boutique, enfonça son chapeau en me disant : grand merci, mignonne ; sortit de là, et traversa la foule qui s’ouvrit alors, tant pour le laisser sortir que pour livrer passage à Mme Dutour, qui voulait courir après lui, que j’en empêchai, et qui me disait que, jour de Dieu ! je n’étais qu’une petite sotte. Vous voyez bien ces vingt sols-là, Marianne, je ne vous les pardonnerai jamais, ni à la vie, ni à la mort : ne m’arrêtez pas, car je vous battrais. Vous êtes encore bien plaisante, avec vos vingt sols, pendant que c’est votre argent que j’épargne ! Et mes douze sols, s’il vous plaît, qui est-ce qui me les rendra ? (Car l’intérêt chez Mme Dutour ne s’étourdissait de rien). Les emporte-t-il aussi, mademoiselle ? Il fallait donc lui donner toute la boutique.
    Eh ! madame, lui dis-je, votre monnaie est à terre, et je vous la rendrai, si on ne la trouve pas ; ce que je disais en fermant la porte d’une main, pendant que je tenais Mme Dutour de l’autre. » (Marivaux, La Vie de Marianne, éd. F. Deloffre, Paris, Classiques Garnier, 1990 [1957], 2e partie, p.94-97)

Rétif de la Bretonne

  1. « Sur les 4 heures du soir, un jeudi, je traversais la rue Montorgueil, pour enfiler celle de la Comédie-Italienne. […] Une multitude de chars brillants, qui touchaient à peine le pavé, roulant avec fracas, éclaboussaient les filles sages, les hommes à talents et le reste de cette populace utile, dont (heureusement pour elle !) on ne saurait se passer. Moi, pauvre hère, héritier du cynisme de Mèzeray (mais non de son avarice), crotté jusqu’à l’échine, je me garai sur la porte d’une marchande de modes. Ma figure, hétéroclitement parée, excita dans un essaim de jeunes filles qui la remplissaient, ce rire inextinguible des dieux d’Homère. Je me retournai sans courroux (car j’ai la modestie de me croire ridicule). Je voulais regarder toutes ces jolies rieuses ; je n’en vis qu’une, et mon cœur en tressaille encore. […]
    L’épouvantable vacarme des carrosses commençait à cesser ; les rues devenaient libres, et je restais immobile. Une des compagnes de la belle aux souliers roses me donna son attention. J’entendis qu’elle disait : « Ah, Fanchette, comme il te regarde ! » […]
    [J’] allais m’éloigner, lorsque je fus abordé par un vieillard de ma connaissance, que j’avais perdu de vue depuis longtemps. Il me reconnut, et me pressa d’entrer avec lui chez la marchande. »  (Rétif de la Bretonne, Le Pied de Fanchette, Le Pied de Fanchette, Le Paysan Perverti, Les Contemporaines du Commun, éd. Pierre Testud, Paris, Robert Laffont (Bouquins), 2002, p.18-19)

Estampe de l’édition de 1800 du Pied de Fanchette, sur laquelle se fonde l’édition Testud citée précédemment (L’estampe est absente des éditions précédentes). L’explication de l’estampe figure en regard de la page de titre, et l’estampe au verso : « Fanchette chez la marchande de modes du coin des rues Tiquetonne et Montmartre. On la pare. Elle est en corset, et en jupon court ; la gorge haute et découverte. On voit sa jambe à demi ; son pied, à talons élevés et minces, est parfaitement vu par un homme en dehors, coiffé à la Charolais, garé sur la porte, à cause des voitures, et qui admire […] ». Merci à Pierre Testud de nous avoir fourni la numérisation de ce document précieux.

Emilien Rouvier : « Trois amants dans le placard : bienséance théâtrale et désir féminin chez Sedaine et Beaumarchais »

Emilien Rouvier prépare un doctorat à l’Université de Trieste (Italie), en cotutelle avec l’Université Paris III, autour de la traduction de l’opéra français en Italie au XIXe siècle. Ses travaux portent également sur le théâtre français et italien du XVIIIe siècle ; son mémoire de master portait ainsi sur l’autotraduction du Bourru bienfaisant de Goldoni.


Enregistrement de la communication lors de la journée d’études en visioconférence :

Michel Bernard : « Les Liaisons dangereuses ou le gond bien huilé »

Michel Bernard est professeur émérite de Littérature française de l’Université Sorbonne-Nouvelle – Paris 3. Spécialiste d’humanités numériques, il a en particulier analysé des œuvres littéraires au prisme de détails signifiants et éclairants.

Article associé à la communication lors de la journée d’études en visioconférence :

Enregistrement des questions posées suite à la communication lors de la journée d’études en visioconférence :

 

Conclusion – Floriane Daguisé, Fragonard entre deux battants

Floriane Daguisé est docteur en Littérature française (Sorbonne Université) et agrégée de Lettres modernes ; ses recherches portent sur l’esthétique de la première moitié du XVIIIe siècle et sur les liens entre les domaines artistiques, en particulier autour des manifestations de la curiosité.


Enregistrement de la conclusion lors de la journée d’études en visioconférence :

Ci-dessous, les liens conduisant vers le tableau convoqué pour clore cette journée et vers deux autres compositions de Fragonard qui offrent quelques brèches au propos conclusif :